Info-lettre Autres Brésils - Janvier 2019

Édito

Bonjour à tou.te.s,

Le mois de janvier qui vient de s’achever a été marqué par les débuts de l’extrême droite au pouvoir au Brésil. Les réformes mises en place sont nombreuses et il nous a semblé important d’en dresser une première liste : baisse de l’augmentation du SMIC, suppression des ministères du Travail, de la Culture et de la structure d’État en charge des politiques publiques à destination des personnes LGBTIQ…

Ces choix annoncent l’orientation des prochaines réformes du gouvernement, largement inspirées par les groupes ultra-conservateurs et libéraux qui ont soutenu la campagne de Jair Bolsonaro, notamment ceux de l’industrie et de l’économie. Des catégories entières de la population sont visées par ces réformes discriminantes : les personnes précaires, les peuples autochtones, la population noire, les LGBTIQ, les intellectuels et artistes ainsi que l’ensemble des mouvements de gauche.

Le licenciement de fonctionnaires jugés trop proches du Parti des travailleurs (PT) et le contrôle accru des ONG, placées sous la tutelle et la surveillance du Général Carlos Alberto Cruz, secrétaire d’État, témoignent de cette volonté d’écarter les opposants potentiels. L’Association brésilienne des Organisations non-Gouvernementales (Abong) a fait part de son inquiétude face à cette ingérence étatique.

Un important soutien aux mouvements sociaux

En janvier, Autres Brésils a relayé de nombreuses alertes lancées par les mouvements sociaux. Les populations autochtones, les communautés Quilombolas et le Mouvement des paysans sans terres (MST), se trouvent au premier rang de ces mobilisations démocratiques. Ces groupes expriment leur inquiétude face aux politiques d’exploitation intensive de l’Amazonie promues par le nouveau gouvernement. La Coordination nationale de l’articulation des communautés noires rurales quilombolas confie sa crainte après le transfère de la démarcation des terres indigènes au ministère de l’Agriculture. Cette mesure favorable aux intérêts de l’agrobusiness préoccupe également la Coordination des Organisations Indigènes de l’Amazonie brésilienne.

Depuis le 25 janvier, le sujet de l’écologie et de l’exploitation des ressources naturelles se trouve de nouveau au cœur de l’actualité. La rupture d’un barrage minier appartenant à la multinationale Vale, sur le fleuve Rio Dolce, a fait 60 morts et 300 disparus. Nous serons attentifs dans les semaines et les mois qui viennent à analyser les suites, notamment judiciaires, de ce nouveau crime environnemental.

En marge du suivi quotidien de l’actualité, Autres Brésils a choisi de s’engager dans la création d’une coalition d’organisations françaises de soutien à la société civile et aux mouvements sociaux brésiliens. Nous avons annoncé la naissance de ce groupe par la publication d’une tribune, dans le journal Libération, le 1er janvier dernier. Il s’agit pour Autres Brésils de continuer à s’engager dans sa mission de diffusion et d’analyse de la parole des mouvements sociaux et ONG brésiliens. D’autres événements et initiatives verront le jour dans les mois prochains pour marquer cet engagement chaque jour renouvelé de solidarité et de résistance démocratique.

L’année 2019 qui s’annonce sera bien celle de tous les combats pour la démocratie brésilienne !

Até logo
L’équipe d’Autres Brésils

C’est aussi pour nous aider à porter ces projets que nous avons besoins de votre soutien, n’hésitez pas à contribuer et à diffuser cet appel :

Faites un don

Les traductions d'Autres Brésils

L’homme “moyen” prend le pouvoir

Qu’est-ce que cela signifie de transformer l’ordinaire en « mythe » et de lui donner le gouvernement du pays ? C’est la question que se pose Eliane Brum, sur l’espace qu’elle anime sur El País. Un texte long et une réflexion importante, dont elle a (...)

Les médias et la double tragédie de Mariana

Par peur du chômage, la presse de Mariana a relativisé la plus grande catastrophe écologique du Brésil.

À São Paulo, l’art de rue révèle le discours de haine contre les personnes LGBT

Créées par Bruno Herbert, designer originaire de la périphérie de Sao Paulo, Palheiros, les « petites affiches du coin de la rue » ont pour objectif de mettre en lumière les discours de haine et de provoquer la réflexion au sein de la population dans (...)

Le MAB dénonce un nouveau crime de Vale à Brumadinho, Brésil

Vendredi, un barrage minier, géré par Vale a cédé à Brumadinho, commune de 39.000 habitants située à 60 km au sud-ouest de Belo Horizonte, capitale de Minas Gerais. Un crime qui rappelle celui de Mariana en novembre 2015. Alors que les mots « (...)

Sang autochtone : pas une seule goutte de plus

Trente ans après l’adoption de la Constitution fédérale de 1988, qui respecte l’identité culturelle des Peuples Autochtones et le droit aux terres qu’ils occupent traditionnellement, nous continuons de subir des (...)

Au Festival d’Angoulême, remise de prix pour « Carolina » de Jesus.

Carolina de Jesus est une femme noire, des favelas, réduite au silence. Désormais, elle est du monde. La biographie en bande dessinée de l’écrivaine est récompensée au Festival d’Angoulême, évènement international le plus important en son genre ; les (...)

« Liste sale » des esclavagistes au Brésil est hors ligne

Depuis le vendredi 18 au matin, la « Liste sale » des employeurs de travailleurs et travailleuses à des conditions analogues à l’esclavage ainsi que le site de l’ancien ministère du Travail ne sont plus visibles. Selon le Ruralômetro (un outil de (...)

Brésil : la vague réactionnaire

Absence de culture politique, faiblesse des institutions, poids des inégalités et de la corruption : l’urbaniste João Whitaker expose dans cet entretien les causes de l’arrivée au pouvoir de l’extrême droite au (...)

L’ascension de l’extrême droite au Brésil

Entré en fonction le 1er janvier, Jair Bolsonaro a été élu à la présidence du Brésil en dehors des grands partis et en dépit de ses outrances à répétition. Une conjonction de facteurs peut expliquer une élection qui compromet l’avenir de la démocratie dans (...)

Bolsonaro s’attaque aux fonctionnaires de gauche et aux populations indigènes

Le 1er janvier, le nouveau président du Brésil Jair Bolsonaro a officiellement été investi lors d’une cérémonie au Planalto, le palais présidentiel, à Brasilia. Tout juste en poste, il a immédiatement décrété des mesures qui s’attaquent directement aux (...)

Autres contributions

10 jours de présidence Bolsonaro : un premier bilan

Jair Bolsonaro avait promis une véritable thérapie de choc dès son accession au pouvoir. Depuis 10 jours les mesures, les circulaires et les décrets s’enchaînent et dessinent l’avenir politique et social du Brésil. Les réformes applicables sont (...)

TRIBUNE Face à Bolsonaro, une coalition pour soutenir la société civile brésilienne

Militants antiracistes, féministes ou LGBT sont particulièrement ciblés par le président brésilien qui prend ses fonctions ce mardi. Plusieurs organisations appellent les institutions françaises et européennes à ne pas laisser leurs intérêts (...)

Sur l'agenda

Après l’élection de Jair Bolsonaro : quelles perspectives pour le Brésil, l’Amérique latine et les équilibres mondiaux


Mardi 5 février 2019 18h30-20h00 Espace de conférences de l’IRIS 2 bis, rue de Mercoeur, Paris 11e Celso AMORIM, ancien ministre des Affaires étrangères (2003-2010) et de la Défense (2011-2014) du Brésil. Auteur de Acting Globally. Memoirs of (...)

Soutenir Autres Brésils

Vous appréciez notre site ? Aidez-nous à en maintenir la gratuité !
Vous appréciez nos actions ? Aidez-nous à les concrétiser !
Autres Brésils a besoin de votre soutien financier ! Adhérez et/ou faites un don ! ICI

Comment participer ?

Il y a mille et une façons de participer à la vie de l’association. N’hésitez pas, rejoignez l’association Autres Brésils !

© Autres Brésils — 2019

Autres Brésils - 21 ter rue Voltaire - 75011 Paris
tél: 01 40 09 15 81
courriel : bresils@autresbresils.net

Pour se désabonner de cette infolettre, il suffit d'envoyer un email à l'adresse suivante : sympa@listes.autresbresils.net en précisant en sujet : unsubscribe infolettre