« Il faut interférer dans les querelles entre mari et femme », affirme Dilma Rousseff

, par Vivian Fernandes

Source : Brasil de fato - 09/03/2015

Traduction pour Autres Brésils : Nina ALMBERG
(Relecture : Pascale VIGIER)

La présidente Dilma Rousseff a ratifié la Loi sur le féminicide, qui transforme en crime spécifique l’homicide des femmes dans le cadre de violences domestiques ou de discrimination de genre. Lors de la cérémonie au palais du Planalto, lundi 9 mars, madame Rousseff a déclaré qu’il fallait que les hommes et les femmes affrontent ce problème.

« Il faut interférer dans les querelles entre mari et femme, surtout si une dispute se transforme en assassinat. Il ne s’agit pas d’envahir la sphère privée, mais de garantir des principes moraux, éthiques et démocratiques. Et l’État brésilien, tout comme la société civile, doivent se mêler de cela », a-t-elle affirmé.

Pour Maria Julia Monteiro, militante de la Marche mondiale des femmes, la Loi sur le féminicide est très importante car « cela signifie que l’Etat reconnaît un crime qui vise spécifiquement les femmes, ce qui renforce également la loi Maria da Penha (loi sur la violence domestique et familiale promulguée en 2006 ) ».

Elle souligne cependant que d’autres mesures liées à cela sont fondamentales. « Ce n’est pas seulement la criminalisation qui résout le problème. En plus des peines les plus importantes, il faut que soient mises en place les autres mesures prévues dans la loi Maria da Penha, par exemple les mesures préventives, comme les campagnes d’information et les actions dans les écoles, entre autres. En plus de cela, il faut que les mesures prévues dans cette nouvelle loi comme dans la loi Maria da Penha soient réellement appliquées parce qu’aujourd’hui, la justice est d’une extrême lenteur et d’une grande inertie quand elle juge un crime commis envers une femme », ajoute-elle.

Maria Julia fait également remarquer que la nouvelle loi a été élaborée à partir de la Commission Parlementaire Mixte d’Enquête (CPMI) sur la violence contre les femmes à laquelle, outre le pouvoir public, ont participé des représentantes des mouvements féministes. « La commission a investigué sur la situation de violences faites aux femmes au Brésil et a également tenu compte des demandes spécifiques de chaque état pour combattre la violence », raconte-elle.

Le projet de loi (8305/14) du Sénat fédéral sur le féminicide a été approuvé par la Chambre des députés au début du mois de mars. Le texte modifie le code pénal, incluant l’assassinat de femmes à cause de leur genre parmi les autres types d’homicides qualifiés.

La carte du féminicide au Brésil
40% : pourcentage des victimes sont assassinées dans leur propre maison. Beaucoup d’entre elles par leur conjoint ou leur ex-conjoint.
437 000 : nombre de femmes assassinées au Brésil de 2000 à 2010.

  • 10% : réduction du taux d’homicides domestiques après la création de la loi Maria da Penha en 2006.
    Nordeste : Les taux d’homicides dans le Nordeste ont augmenté ces douze dernières années.

Données : Institut de Recherche Économique Appliquée (IPEA)
Infographie : José Bruno Lima / Brasil de Fato


Dénonciations

La réalité brésilienne - qui motive la création d’un projet de loi de ce type - est critique. Au Brésil, 15 femmes sont tuées chaque jour à cause de discrimination de genre, c’est à dire du simple fait qu’elles sont des femmes. Chaque année, 500 000 femmes sont victimes de viol et on estime qu’à peine 10% des cas sont dénoncés à la police, car beaucoup de femmes ont peur ou honte de raconter ce qui leur est arrivé aux autorités. Les chiffres sont ceux du gouvernement fédéral.

Pour aider à combattre les violences faites aux femmes, l’Etat brésilien a mis en place un service téléphonique national, « Appel 180 (Ligue 180) » avec lequel les victimes de violences ou les témoins peuvent entrer en contact anonymement pour faire une dénonciation. En plus de ce service, il y a des initiatives dans les commissariats de police et les Maisons des femmes qui reçoivent également les victimes.

Dans ce contexte, lors de la ratification de la loi, la présidente Dilma Rousseff a demandé avec véhémence l’appui de la société dans le combat contre les violences faites aux femmes : « Je fais ici un appel, n’acceptez pas la violence à l’intérieur ni à l’extérieur du foyer comme quelque chose d’inévitable. Ne permettez pas que la force physique ou le machisme détruise votre dignité et jusqu’à votre vie. Dénoncez ! »

Peines encourues

Les peines encourues dans le cadre de la Loi sur le féminicide iront de 12 à 30 ans de prison. Le criminel qui a été condamné pour des crimes connexes pourra cumuler les peines, augmentant le total d’années d’incarcération. Ceci va aussi influer sur le délai au terme duquel il pourrait bénéficier d’améliorations du régime de détention.

La nouvelle loi prévoit également une augmentation d’un tiers de la peine si le crime est commis durant la grossesse ou dans les trois mois suivant un accouchement, si il a été commis contre une adolescente de moins de 14 ans ou une adulte de plus de 60 ans, contre des femmes handicapées, ou si l’assassinat a été commis devant des descendants ou des parents de la victime.

Notes de la traduction :
Le féminicide  : morts de femmes suite à des conflits liés au genre, ou au simple fait qu’elles sont femmes
Qui les commet  : Ces crimes sont généralement commis par des hommes, surtout les conjoints ou ex-conjoints et découlent de situation d’abus au domicile, de menaces ou d’intimidations, de violence sexuelle, ou de situations dans lesquelles les femmes ont moins de pouvoir ou moins de recours que les hommes.
Voir aussi A la suite de la loi Maria da Penha, les statistiques d’assassinats des femmes restent élevées

Annonces

Suivez Autres Brésils

Newsletter

Inscrivez vous
Entrez votre adresse mail pour vous abonner à notre lettre d’infos.

Vous-pouvez vous désinscrire à tout moment envoyant un email à l’adresse suivante : sympa@listes.autresbresils.net, en précisant en sujet : unsubscribe infolettre

La dernière newsletter :

>>> Rencontre avec l’écrivain et militant brésilien Frei Betto

Réseaux sociaux

Flux RSS

Abonnez-vous au flux RSS