Frei Betto : « le Brésil a besoin d’une nouvelle constitution »

, par marilzademelofoucher

Ecrivain récompensé par le prix Jabuti, la plus importante distinction littéraire au Brésil, partisan de la théologie de la libération et militant au sein des mouvements pastoraux et sociaux, Frei Betto a été conseiller spécial du président Luiz Inácio Lula da Silva entre 2003 et 2004 et coordonnateur de la mobilisation sociale autour du programme Faim Zéro.

Né à Belo Horizonte le 25 août 1944, il a été arrêté à deux reprises sous la dictature militaire : en 1964, pendant 15 jours, et entre 1969 et 1973. Après avoir purgé quatre ans de prison, il a vu sa peine réduite par la Cour suprême à deux ans. Son expérience en prison a été rapportée dans les livres Lettres de prison (ACT), Dario Fernando - dans les geôles de la dictature militaire brésilienne (Rocco) et le Baptême du sang (Rocco).

Frei Betto, vous qui avez été emprisonné et torturé pendant la dictature, comment analysez vous cette date anniversaire des 50 ans du coup d’Etat militaire ?

Frei Betto. Il faut commémorer, au sens étymologique de la mémoire, 50 ans après la mise en place de la dictature au Brésil. Comme dirait Marx, pour l’histoire, une tragédie ne se répète que comme une farce. Les jeunes générations ont besoin de savoir ce qu’a été, ce qu’a fait la dictature tout au long de ces 21 ans au pouvoir. Nous avons encore, dans notre pays, des « veuves » de la dictature qui proclament que le retour de l’armée permettra d’améliorer le pays...

Lira la suite sur le Blog de Marilza de Melo foucher

Annonces

Suivez Autres Brésils

Newsletter

Inscrivez vous
Entrez votre adresse pour vous abonner à notre lettre d’infos

La dernière newsletter :

>>> Info-lettre n°2-2018

Réseaux sociaux

Flux RSS

Abonnez-vous au flux RSS