Ethanol et biodiesel : de l’énergie pour qui ?

, par Heitor Scalambrini Costa

Avec un modèle qui engendre des impacts négatifs pour les communautés traditionnelles, on cherche à transformer le Brésil en un grand exportateur de combustibles liquides, en destinant de grandes extensions de terre à la monoculture.

Par Heitor Scalambrini Costa, professeur de l’Université Fédérale de l’Etat du Pernambouc (UFPE) et coordinateur de projets du Centre d’Etudes et Projets de Energies Renouvelables (Naper-Solar)


Source : Repórter Brasil – 10/07/2007

Traduction : Estelle Mairesse pour Autres Brésils


Beaucoup pensent et croient que le marché peut être le responsable de l’implantation de la philosophie du développement durable. Ils pensent que, au fil du temps, et avec l’apparition des nouvelles technologies, les problèmes environnementaux peuvent être résolus, générant une amélioration du bien-être social ou même une diminution des inégalités sociales.

Le fait est que le développement durable ne peut être traité comme une simple question réduite aux politiques environnementales et technologiques. Les problèmes de l’inégalité sociale et du mode de production actuelle sont les obstacles à l’atteinte d’une forme de développement capable de préserver l’environnement et, malgré cela, capable de permettre des conditions de vie meilleures aux personnes exclues du système de travail. Un modèle durable ne pourra être possible qu’à partir d’un changement des modes de production et de consommation de la société.

C’est la raison capitaliste avec pour base le consumérisme, le militarisme et la logique d’accumulation du capital qui est en train de mener notre planète – et les êtres vivants qui y habitent – à une situation catastrophique du point de vue de l’environnement, des conditions de survie de la vie humaine et de la vie en général.

La question centrale est : comment va-t-on changer le système de production ? Dans la mesure où la production change, la consommation se modifie également. La production commande et oblige la consommation. S’il y a la préoccupation de changer la question environnementale on doit penser à changer le système de production, le modèle actuel de civilisation occidentale industrialisée.

[...]


Lire le texte en entier :


Annonces

Suivez Autres Brésils

Newsletter

Inscrivez vous
Entrez votre adresse mail pour vous abonner à notre lettre d’infos.

Vous-pouvez vous désinscrire à tout moment envoyant un email à l’adresse suivante : sympa@listes.autresbresils.net, en précisant en sujet : unsubscribe infolettre

La dernière newsletter :

>>> Table-ronde : Brésil. Un mois après le drame de Brumadinho

Réseaux sociaux

Flux RSS

Abonnez-vous au flux RSS