Eldorado dos Carajás : 10 ans d’impunité

 | Par Beatriz Pasqualino, RISAL

Entretien avec l’évêque Dom Tomás Balduino, président de la Commission pastorale de la terre (CPT), pastorale créée en 1975, pendant la dictature militaire, par l’aile progressiste de l’Eglise catholique, inspirée de la théologie de la libération. Elle a été (et est encore) un acteur politique fondamental pour le renforcement des organisation paysannes, la défense de la réforme agraire et la dénonciation des crimes pratiqués contre les travailleurs ruraux.

Quelle est la situation de la politique agraire au Brésil ?

La question a changé ces dernières années. Au niveau des institutions, l’élection de Lula a fait diminuer la répression que Fernando Henrique Cardoso [1] avait déchaînée sur les mouvements sociaux, surtout sur le Mouvement sans terre (MST). Parce que les tucanos [2] n’acceptaient pas la montée des luttes populaires comme facteur d’opposition.

Sous le gouvernement Lula, la liberté de remettre en question, de faire pression a augmenté, pas dans le sens de s’opposer uniquement, mais de revendiquer. La Plan national de réforme agraire (PNRA) [3] n’a pas été quelque chose de spontané, mais le fruit de la pression exercée par les mouvements. Cela dit, il y a aussi un côté négatif : le fait que ce gouvernement poursuit les politiques de son prédécesseur, qui avait opté pour le capital, et non pour le social. Dans ce gouvernement, le manque de ressources pour l’investissement dans la réforme agraire, la santé, l’éducation est dû à la priorité donnée au superavit primaire [4], dont l’objectif est de remplir les engagements pris avec le capital international.

Je pense que le gouvernement Lula a aussi des engagements avec le peuple, mais la priorité est encore le capital international. Du côté des organisations populaires, il y a eu une évolution dans la prise de conscience de la place qu’elles occupent, du rôle qu’elles ont à jouer dans la lutte pour la réforme agraire et pour les changements dans les campagnes. Parmi toutes les choses qui se font au niveau de la réforme agraire, 80%, sinon plus, est dû aux revendications et aux actions des mouvements populaires. Evidemment, il y a eu un certain refroidissement dans la lutte populaire du fait de l’expectative créée par l’élection de Lula. Les changements que tous pensaient qu’il allait faire ne se sont pas produits, et en conséquence, beaucoup de fronts de luttes se sont éteints. Cela n’a pas été le cas pour le MST, mais d’autres mouvements populaires se sont incorporés à la structure gouvernementale.

[...]

Voir en ligne : Eldorado dos Carajás : 10 ans d’impunité

[1[NDLR] Fernando Henrique Cardoso, président du Brésil de 1995 à 2003.
Lire Emir Sader, Huit années qui ont laminé le Brésil, RISAL, octobre 2002 ; Gilberto Ferreira da Costa, François Polet, Bilan de Cardoso et défis de Lula, RISAL, 29 octobre 2002.

[2[NDLR] Les membres du Parti de la social-démocratie brésilienne (PSDB), parti de Fernando Henrique Cardoso.

[3[NDLR] Plan de réforme agraire élaboré essentiellement sur propositions des mouvements sociaux, et adopté par le gouvernement Lula fin 2003. Ce plan visait notamment à l’installation de 415 000 familles d’ici la fin du mandat présidentiel en 2006. La proposition initiale des mouvements sociaux et experts, dont Plinio Arruda Sampaio, était l’installation d’un million de familles. Le gouvernement n’a pas accepté.

[4[NDLR] Le gouvernement mène une politique d’austérité visant à dégager un excédent budgétaire afin de rembourser ses créanciers.

Agenda

Tous les événements

Suivez-nous

Newsletter

Abonnez-vous à la Newletter d’Autres Brésil !

Inscrivez vous

Entrez votre adresse mail ci-dessous pour vous abonner à notre lettre d’information.
Vous-pouvez vous désinscrire à tout moment envoyant un email à l’adresse suivante : sympa@listes.autresbresils.net, en précisant en sujet : unsubscribe infolettre.

La dernière newsletter

>>> [Dossier Presse] : 16e édition du festival de documentaire Brésil en Mouvements - 2 au 4 octobre à Paris

Réseaux sociaux

Flux RSS

Abonnez-vous au flux RSS