Des élections sanction ?

, par Georges da Costa

Le Parti des travailleurs (PT) du président Luiz Inacio Lula da Silva a subi, lors du second tour des élections municipales, deux revers majeurs avec les pertes de São Paulo et de Porto Alegre, dans un scrutin pourtant marqué par la progression du parti gouvernemental qui fait plus que doubler le nombre de municipalités qu’il va diriger (406).

Les pertes de São Paulo, la principale ville d’Amérique du Sud et celle de Porto Alegre ternissent les bons résultats globaux du PT.

La défaite de São Paulo est un revers d’autant plus cuisant pour le PT que cette métropole était une priorité pour le parti au pouvoir. Le président brésilien s’était engagé personnellement dans la campagne à São Paulo avant le premier tour, ce qui lui avait valu une amende.

Porto Alegre a été la première grande municipalité administrée par le PT et est considérée comme sa vitrine depuis plus de 15 ans. Siège du Forum Social Mondial, la ville a été un lieu d’expériences sociales novatrices comme le budget participatif.

Lors du second tour, qui se disputait dans 43 villes comptant plus de 200 000 électeurs, le PT a gagné dans 11 villes et le Parti de la social-démocratie brésilienne (PSDB) de l’ex-président Fernando Henrique Cardoso dans 9. Au total le PT dirigera 18 de ces grandes villes, dont 9 capitales d’Etat, et le PSDB 15.

Ces résultats confirment ainsi la polarisation croissante de la vie politique brésilienne entre ces deux formations.

G. da Costa. Source : AFP. Novembre 2004.

Annonces

Suivez Autres Brésils

Newsletter

Inscrivez vous
Entrez votre adresse mail pour vous abonner à notre lettre d’infos.

Vous-pouvez vous désinscrire à tout moment en modifiant vos paramètres sur votre compte et à travers le lien de désinscription.

La dernière newsletter :

>>> Esclavage et Quilombos au Brésil : une histoire toujours d’actualité Rencontre autour de la sortie du livre « Quilombos. Communautés d’esclaves insoumis au Brésil ».

Réseaux sociaux

Flux RSS

Abonnez-vous au flux RSS