Déforestation au Brésil : l’opération « greenwashing » de Michel Temer fait long feu

 | Par Claire Gatinois

La désinvolture environnementale du Brésil, pourtant signataire des accords de Paris sur le climat, reflète une triste réalité. Celle d’un gouvernement pris au piège du lobby de l’agrobusiness. Le président Michel Temer, impopulaire et suspecté de « corruption passive », doit, pour survivre, s’assurer de l’appui du Congrès, où 40 % des élus font partie de la « bancada ruralista », et sont vus comme les protagonistes de la déforestation.

« Les lois contre l’environnement sont devenues une monnaie d’échange pour obtenir le soutien des ruralistes », se désole M. Voivodic. Depuis 2014, année électorale où le lobby de l’agrobusiness est devenu surpuissant au Congrès, la déforestation a progressé, s’élevant à 14 196 km2, entre juillet 2014 et août 2016, selon l’institut national de recherches spatiales.

Voir en ligne : Le Monde

Suivez-nous

Newsletter

Abonnez-vous à la Newletter d’Autres Brésil !

Inscrivez vous

Entrez votre adresse mail ci-dessous pour vous abonner à notre lettre d’information.
Vous-pouvez vous désinscrire à tout moment envoyant un email à l’adresse suivante : sympa@listes.autresbresils.net, en précisant en sujet : unsubscribe infolettre.

La dernière newsletter

>>> Festival Brésil en Mouvements 2020 : bilan d’une édition exceptionnelle

Réseaux sociaux

Flux RSS

Abonnez-vous au flux RSS