De la théologie de la libération au Forum social mondial

, par Chico Whitaker

Francisco Whitaker, dit Chico, est une des figures les plus connues et les plus symboliques au sein du mouvement altermondialiste. Un des fondateurs du FSM à Porto Alegre, il continue d’être un des principaux animateurs du Conseil international qui organise ces forums. Au retour de Mumbai (Bombay) il a accepté de raconter les grandes étapes d’un itinéraire personnel particulièrement mouvementé et de tirer avec nous les principaux enseignements de ce forum. Entretien.

Mouvements : Votre nom est connu parmi les militants altermondialistes comme un des fondateurs du Forum social mondial de Porto Alegre et comme un des principaux animateurs du Conseil international du FSM, mais peu savent que vous êtes également un responsable important de l’Église brésilienne, tout en étant un laïc et non un prêtre. Quel itinéraire a bien pu vous conduire sur ce double chemin ?

Chico Whitaker : Ce fut un long chemin car j’ai aujourd’hui 72 ans et je compte au moins 52 années d’activité publique puisque je me suis engagé dans les Jeunesses catholiques et qu’une fois à l’université, je suis devenu président des Jeunesses étudiantes catholiques. Dès cette époque je me suis trouvé fortement engagé dans les problèmes sociaux. C’est ainsi que, par exemple en 1954, la question sociale au Brésil est devenue le thème central de notre programme de travail. Nous étions tous alors fortement influencés par un théologien français, le Père Lebret, un dominicain fondateur du mouvement Économie et humanisme, qui avait développé la notion du « péché social », celui de l’omission devant la misère, les inégalités et qu’il considérait comme nettement plus grave que n’importe quel autre péché. Je faisais des études d’architecture et de planification urbaine et c’est par ce biais-là qu’a commencé mon cheminement centré sur une activité technique : planification gouvernementale, enquêtes préalables, etc. C’est ce qui m’a amené plus tard à travailler au Brésil à la planification de la réforme agraire pour le gouvernement du président Joao Goulart en 1963 qui sera renversé par un coup d’État militaire. Il s’agissait des fonctions techniques mais qui abordaient déjà des problèmes sociaux difficiles.

[...]


Lire l’entretien en entier :

CAIRN


Annonces

Suivez Autres Brésils

Newsletter

Inscrivez vous
Entrez votre adresse mail pour vous abonner à notre lettre d’infos.

Vous-pouvez vous désinscrire à tout moment envoyant un email à l’adresse suivante : sympa@listes.autresbresils.net, en précisant en sujet : unsubscribe infolettre

La dernière newsletter :

>>> Appel à dons pour le festival « Brésil en Mouvements » 2019 - 15e édition

Réseaux sociaux

Flux RSS

Abonnez-vous au flux RSS