De la rue aux espaces officiels, les peuples autochtones occupent une place sans précédent dans la COP-26

 | Par Agência Pública, Anna Beatriz Anjos

Avec la reconnaissance de leur rôle dans la lutte contre la crise climatique, les voix des gardiens de 80% de la biodiversité de la planète sont amplifiées à Glasgow et ils veulent gérer les fonds climatiques.

La première semaine de la COP-26 à Glasgow, en Écosse, a été marquée par une annonce sans précédent : le 1er novembre, les gouvernements du Royaume-Uni, des États-Unis, de l’Allemagne, de la Norvège et des Pays-Bas, ainsi que dix-sept entités philanthropiques, ont annoncé qu’ils allaient faire don de 1,7 milliard de dollars US - soit près de 10 milliards de réaux au taux de change actuel - aux peuples autochtones et aux communautés locales pour qu’ils puissent protéger leurs territoires et contribuer à la lutte contre le changement climatique.

Ce geste sans précédent n’est qu’un des épisodes qui ont placé les populations autochtones sous les projecteurs au début de la plus importante conférence sur le climat de ces dernières années. Quelques jours plus tard, le prince Charles du Royaume-Uni a reçu un groupe d’autochtones de différentes régions du monde. Parmi eux, la Brésilienne Sonia Guajajara, coordinatrice exécutive de l’Articulation des peuples autochtones du Brésil (APIB), qui a amené à cette COP la plus grande délégation de son histoire, composée de plus de 40 représentants.

Des leaders autochtones, dont la Brésilienne Sonia Guajajara, ont été reçus par le Prince Charles.

Leur action a dépassé le cadre des réunions et des salles officielles. Les autochtones étaient en première ligne des deux actions pour la justice climatique qui ont investi les rues de la ville écossaise vendredi (5) et samedi (6). Parmi eux, des leaders brésiliennes comme Guajajara, Célia Xakriabá et les jeunes Samela Sateré Mawé et Juma Xipaia, également membres de la délégation de l’APIB. En outre, parmi les événements parallèles à la COP organisés par la société civile, il existe un nombre infini de tables rondes et de débats dans lesquels les peuples autochtones sont les figures centrales.

L’analyse selon laquelle la pertinence et la portée des voix autochtones se sont accrues au cours des dernières conférences sur le climat, atteignant des niveaux sans précédent à Glasgow, a été confirmée par les leaders entendus par Agência Pública la semaine dernière.

"De toutes les COP auxquelles j’ai participé, mon agenda n’a jamais été aussi chargé qu’ici", a déclaré Sineia do Vale, du peuple Wapichana, coordinatrice du Département environnemental du Conseil autochtone de Roraima (CIR) depuis deux décennies. Vale, qui s’est exprimée lors du Sommet des leaders sur le climat promu par le gouvernement étatsunien en avril dernier et qui est partie prenante des négociations internationales sur la question depuis au moins dix ans, en est à sa quatrième conférence. « Cette COP est différente, les peuples autochtones ont un espace, sont entendus et parviennent réellement à apporter leurs propositions », a-t-elle déclaré.

Des autochtones brésiliennes lors de la Journée mondiale d’action pour la justice climatique, dans les rues de Glasgow, samedi 6 novembre.

Ancienne rapporteuse spéciale des Nations unies sur les droits des peuples autochtones, la Philippine Victoria Tauli-Corpuz participe aux COP depuis leur première édition, à Rio de Janeiro, en 1992, lorsque la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC) a été signée.

Elle préfère attendre la fin des négociations pour appeler celle-ci « la COP autochtone » - et dit qu’elle ne le fera que si les demandes de ces groupes sont satisfaites sur des points importants -, mais souligne que les populations autochtones ont progressivement construit leur participation non seulement dans les milieux d’articulation de la société civile, mais également dans la structure de la Convention elle-même. « C’est le résultat de la force croissante du mouvement mondial des peuples autochtones », précise-t-elle. « Cela implique l’organisation, la sensibilisation, la recherche et la formation aux techniques de plaidoyer. C’est un pack de mobilisation ».

Toujours selon Tauli-Corpuz, la coordination entre les peuples de différentes régions du monde et le soutien d’acteurs extérieurs, tels que le monde universitaire, ont permis que le rôle des autochtones dans la lutte contre le changement climatique gagne en pertinence.

L’ancienne rapporteuse spéciale des Nations unies sur les droits des peuples autochtones, Victoria Tauli-Corpuz (au centre), originaire des Philippines, médiatrice lors d’un débat au pavillon des peuples autochtones à la COP-26.

Il existe déjà un consensus scientifique selon lequel les terres autochtones (TI) constituent des barrières contre la déforestation, ce qui est essentiel pour éviter les émissions de CO2, puisque les arbres, lorsqu’ils sont coupés, libèrent le gaz à effet de serre (GES) dans l’atmosphère. Un rapport des Nations unies publié en mars, issu de l’examen de plus de 300 études, indique qu’entre 2000 et 2012, les taux de déforestation en Amazonie au Brésil, en Bolivie et en Colombie ont été au moins deux fois plus faibles à l’intérieur des TI délimitées que dans les zones environnantes. La déforestation est par ailleurs l’un des principaux obstacles qui empêchent le Brésil de respecter sa Contribution déterminée nationale (CDN), qui fixe comme objectif la réduction de 50 % des émissions de GES d’ici à 2030 et la neutralité carbone d’ici à 2050.

Des réalisations sans précédent ont ainsi vu le jour, comme la création d’un espace au sein de la CCNUCC spécifiquement destiné à discuter et à reconnaître l’importance des peuples autochtones dans l’arène climatique internationale.


Vous appréciez notre site ? Aidez-nous à en maintenir la gratuité !
Vous appréciez nos actions ? Aidez-nous à les concrétiser !

Soutenez Autres Brésils Faire un don

Un espace autochtone à la CCNUCC

Seulement 25 ans après la signature de la Convention, lors de la COP-23, qui s’est tenue en 2017 dans la ville de Bonn, en Allemagne, la Plateforme des communautés locales et des peuples autochtones (LCIPP) a été créée, avec trois axes d’action majeurs : les connaissances traditionnelles, la capacité à s’engager dans le processus de la CCNUCC et les politiques et actions sur le changement climatique. Celle-ci fonctionne à partir du travail d’un groupe facilitateur formé de 14 représentants élus, pour moitié des peuples autochtones et pour moitié des États (pays) - ou « parties », comme l’on dit dans le langage technique. Elle se penche actuellement sur son deuxième plan de travail, le premier prenant fin cette année.

"Il s’agit d’une plateforme d’échange de bonnes pratiques liées à l’atténuation et à l’adaptation au changement climatique de manière holistique, sur la base des connaissances et des pratiques des peuples autochtones", a déclaré Andrea Carmen, du peuple Yaqui aux États-Unis, et représentante des peuples de l’Amérique du Nord au sein de la LCIPP. Elle rappelle que sa mise en œuvre n’a été possible que parce que le préambule de l’Accord de Paris stipule que les parties doivent « respecter, promouvoir et prendre en compte leurs obligations respectives » concernant les droits des peuples autochtones et des communautés locales lorsque des mesures sont adoptées pour faire face à la crise climatique. « Des négociations très difficiles ont eu lieu à Paris » pour que la formulation de ce paragraphe inclue ces termes, rappelle-t-elle.

Carmen souligne également l’existence du Caucus, lieu de rencontre créé en 2008 pour les populations autochtones qui participent aux COP, qui est devenu, depuis quelques années maintenant, un rendez-vous quotidien. A Glasgow, les réunions ont lieu à 9 heures dans la Blue Zone, la zone de conférence où se déroulent les négociations entre les pays. C’est un environnement important pour l’articulation des représentants autochtones, qui délibèrent sur les positions générales, les stratégies et les agendas. Les délégués des États et des agences des Nations unies sont invités à participer aux discussions. « La plateforme et le Caucus ont joué un rôle déterminant dans la participation des peuples autochtones en faisant reconnaître aux États et à la CCNUCC qu’ils devaient nous écouter dans le cadre de leurs démarches » souligne-t-elle.

Mais rien de tout cela n’a été facile : c’est le résultat d’un long processus de plaidoyer des peuples autochtones auprès de la Convention. « Ils n’ont jamais dit : nous allons ouvrir la porte et cet espace est à vous », dit Sineia do Vale. « Nous ne cessons de dire : nous sommes importants pour cette discussion, en plus des chefs d’Etat des pays, nous devons également être entendus en tant que dirigeants qui vivent réellement chaque moment dans les forêts. Il n’y a pas de forêt debout sans que quelqu’un, en ayant les connaissances, ne la gère. »

Sineia do Vale (au centre) lors d’un événement au Pavillon autochtone

La vétérane des négociations sur le climat, Tauli-Corpuz, estime qu’il est important que les peuples autochtones aient obtenu un espace officiel au sein de la Convention, mais souligne qu’il doit être consolidé. « Il faut plus de soutien. Le budget qui lui est alloué est encore faible, et les mandats [des représentants] sont limités », a-t-elle déclaré. L’Equatorien Tuntiak Katan, représentant des populations autochtones d’Amérique latine dans la plateforme, émet également des réserves.
« Cette plateforme ne peut pas seulement comprendre les autochtones diplomatiques, au fait du langage des Nations unies ; il faut qu’il y ait la réelle position des peuples autochtones, qui sont dans les territoires », souligne-t-il.

À cette fin, Katan veut créer un plan de travail spécifique pour la région, avec des plateformes locales plus petites qui peuvent ainsi atteindre les extrémités. « Ce que nous voulons, c’est que la voix des personnes qui ne sont pas dans ces systèmes internationaux soit entendue », dit-il. Issu du peuple Shuar, il est l’un des leaders de la Coordination des organisations autochtones du bassin de l’Amazone (COICA) et co-coordinateur général de l’Alliance mondiale des communautés territoriales (GATC) - une organisation qui représente les peuples de la forêt dans 24 pays et qui recevra une partie du don de près de 10 milliards de R$ des gouvernements et des institutions philanthropiques.


"Nous ne pouvons pas être les derniers de la file d’attente"

L’une des demandes du GATC et de l’ensemble du mouvement autochtone à la COP-26 est l’accès direct aux fonds climatiques. Le problème n’est pas le manque d’argent, expliquent les leaders interrogés par Pública, mais le fait que les ressources sont distribuées sans tenir compte de leurs coutumes et de leurs modes d’organisation, ce qui rend difficile d’atteindre efficacement les communautés qui en ont besoin pour continuer à préserver les forêts.

Selon la CCNUCC, alors que les peuples autochtones sont les gardiens de près de 80 % de la biodiversité de la planète, ils n’ont reçu, entre 2011 et 2020, qu’un financement climatique d’environ 270 millions de dollars par an, soit un montant équivalent à moins de 1 % de ce que l’OCDE alloue à l’atténuation et à l’adaptation au changement climatique pour l’ensemble des pays en développement, selon une étude de la Rainforest Foundation of Norway, publiée en avril.

Toujours selon cette même étude, sur ce montant, seuls 43,3 millions de dollars sont parvenus chaque année aux organisations autochtones et aux communautés locales - le reste a été soit conservé par des intermédiaires, soit dirigé vers d’autres actions dans le cadre de projets plus importants.

Dans ce contexte, lorsque les nouveaux dons ont été annoncés à Glasgow, les groupes autochtones ont exprimé leur inquiétude de ne pas avoir été entendus dans le processus de constitution des fonds.

Après la signature d’un accord qui prévoit l’allocation de 19,2 milliards de dollars pour la protection des forêts - le fameux Forest Deal - par les représentants de plus d’une centaine de pays lors du Sommet des leaders mondiaux au début de la semaine dernière, avec la reconnaissance du rôle des peuples autochtones en la matière, la GATC elle-même a publié une note publique affirmant que la mesure est une « bonne nouvelle », mais qu’elle ne pouvait l’accueillir avec enthousiasme pour ne pas avoir été « incluse dans la conception de cet engagement ». « Nous soupçonnons qu’une grande partie de ces ressources seront distribuées par le biais des mécanismes traditionnels de financement du climat, qui ont montré des limitations majeures pour atteindre nos territoires et soutenir nos initiatives » explique la note.

"Les mécanismes actuels ne sont pas construits pour les peuples et les personnes autochtones ; ils sont construits par et pour les gouvernements. Il existe un système qui exige parfois de se conformer aux demandes des donateurs et qui s’avère très bureaucratique", explique Tuntiak Katan. « Ce que nous disons, c’est que si vous voulez vraiment travailler sur l’atténuation du changement climatique, travaillez avec nous, renforcez nos institutions. Nous ne sommes pas désorganisés, nous avons une structure qui couvre toute l’Amazonie, tout le secteur des tropiques. »

Outre une participation accrue à la conception des initiatives externes de financement du climat, Sineia do Vale mise sur la création de fonds gérés par les peuples autochtones eux-mêmes, qui savent mieux que quiconque comment répondre à leurs besoins. Au Brésil, un tel exemple est déjà opérationnel : le Fonds Poodali, idéalisé par la Coordination des organisations autochtones de l’Amazonie brésilienne (COIAB) et soutenu par des donateurs tels que la Fondation Ford et Conservation International. « Les fonds autochtones sont la meilleure solution pour mettre en œuvre des actions en faveur des communautés et des organisations autochtones », affirme-t-elle. « Nous ne pouvons pas être les derniers de la file d’attente, ni accepter le dernier morceau du gâteau. »

Voir en ligne : Das ruas aos espaços oficiais, indígenas conquistam protagonismo inédito na COP-26

Photo de couverture © Oliver Kornblihtt / Mídia NINJA

Agenda

L'équipe d'Autres Brésils est en train de préparer de nouveaux événements... restez attentifs !

Tous les événements

Suivez-nous

Newsletter

Abonnez-vous à la Newletter d’Autres Brésils !

Inscrivez vous

Entrez votre adresse mail ci-dessous pour vous abonner à notre lettre d’information.
Vous-pouvez vous désinscrire à tout moment envoyant un email à l’adresse suivante : sympa@listes.autresbresils.net, en précisant en sujet : unsubscribe infolettre.

La dernière newsletter

>>> [Festival Brésil en Mouvements 18ème édition] L’affiche est arrivée !

Réseaux sociaux

Flux RSS

Abonnez-vous au flux RSS