Dans un jeu vidéo, Bolsonaro brutalise les féministes et les sans-abris

, par Leonardo Coelho

Traduction : Marie-Hélène BERNADET pour Autres Brésils
Relecture : Du Aldon

Intitulé “Bolsomito 2k18”, ce jeu fait du candidat à la présidentielle le héros d’une « guerre contre les dommages du communisme » dont le but final est d’éradiquer une « dictature idéologique ».

Dans ce jeu vidéo, Bolsonaro est le personnage principal qui agresse les féministes et les personnes LGBT | Photo : Reproduction

« Eradiquez les dommages du communisme dans ce jeu politiquement incorrect et devenez le héros qui va délivrer une nation de la misère ». Voici la description du jeu vidéo « Bolsomito 2k18 » dont Jair Bolsonaro (PSL), candidat à la présidentielle, est le héros qui brutalise et tue des féministes et des sans-abris, censés être les « ennemis » du joueur.

La dynamique du jeu consiste à incarner le candidat d’extrême droite et de résoudre, par la bastonnade au sens propre, les problèmes du Brésil. « Préparez-vous à affronter plusieurs sortes d’ennemis différents qui ont l’intention d’instaurer une dictature idéologique criminelle dans le pays. Bonnes branlées et fous rires garantis », annonce la description du jeu, une création brésilienne de la plate-forme de distribution Steam.

Dans les images et les trailers destinés à la communauté gamer (c’est comme ça qu’on appelle les joueurs), on peut constater que les ennemis dans le jeu sont divers et variés : cela va des militants du Mouvement des Travailleurs Ruraux Sans Terre – MST aux féministes, en passant par les membres de la communauté LGBTQI+, les black blocs et les politiques de gauche, entre autres.

Page de téléchargement avec la description du jeu | Photo : reproduction

Ponte a contacté les Studios BS, responsables de la création du jeu « Bolsomito 2k18 », mais ceux-ci n’ont pas souhaité s’exprimer au sujet du contenu du jeu. Interrogé sur le fait qu’on accuse le jeu d’être une oeuvre extrémiste, machiste et raciste, le responsable de la page web a répondu qu’il n’était qu’un employé. C’est cette même argumentation qui est habituellement utilisée par les partisans de Bolsonaro pour diminuer l’importance de toute accusation extremiste portée à l’égard du candidat.

Sur la page web de la Steam, les analyses sont positives, mais la plupart sont davantage un appui politique au candidat Bolsonaro qu’une analyse technique de la jouabilité et des autres aspects du jeu lui-même.

Une conceptrice de jeux brésilienne, qui a souhaité rester anonyme, nous rapporte qu’elle et une partie de la communauté avaient dénoncé le jeu au préalable. La professionnelle a pourtant reconnu que le public dans le pays est d’habitude plus extrémiste que les gens de la profession eux-mêmes. “Il est par exemple toujours délicat de jouer en ligne. Je ne communique jamais vocalement parce que, si je le fais, je suis importunée.”

Des féministes sont brutalisées par le personnage principal. | Photo : reproduction

Le politiste Bruno Lima Rocha explique la connection entre la vie réelle et la vie virtuelle que ce cas révèle. “La gamification des relations sociales conjuguée à la vie assistée par les réseaux de communication digitale créent une autre cosmologie politique. En caractérisant Bolsonaro comme un personnage politique violent et en agissant à partir d’agents collectifs violents, on reproduit une grande partie de ce qui se fait de pire chaque jour dans notre pays et on diffuse une propagande qui flirte dangereusement avec un imaginaire nazi-fasciste”, affirme le professeur en relations internationales de l’Université de Unisinos dans l’état de Rio Grande de Sul.

Le professeur avance la possibilité de désigner pénalement responsables les concepteurs de jeux pour diffusion de la violence et pour incitation à la haine. “Tout cet ensemble de messages est très dangereux, à tous les niveaux, et devrait être criminalisé. Il apparaît nécessaire et très urgent de légiférer tout ce qui concerne la haine anti-sociétale et les messages de sociopathie”, conclut-il.
.

Photo : reproduction

Les Black blocs font aussi partie des “vilains” | Foto : Reprodução

Voir en ligne : Ponte

Agenda Tous les événements

Aucun événement

Annonces

Suivez Autres Brésils

Newsletter

Inscrivez vous
Entrez votre adresse mail pour vous abonner à notre lettre d’infos.

Vous-pouvez vous désinscrire à tout moment envoyant un email à l’adresse suivante : sympa@listes.autresbresils.net, en précisant en sujet : unsubscribe infolettre

La dernière newsletter :

>>> Appel à dons : 2019, année de tous les défis

Réseaux sociaux

Flux RSS

Abonnez-vous au flux RSS