Covid-19 au Brésil : un manifeste de la société civile réclame des mesures

 | Par Collectif

Les organisations de la société civile soussignées présentent les mesures qu’elles jugent urgentes au moment où la priorité est de contrôler la pandémie, de sauver le plus de vies possibles et de faire en sorte que l’économie se réorganise le plus rapidement possible.

L’Observatoire de la démocratie brésilienne met en ligne les manifestes de la société civile brésilienne répertoriés ainsi que leur traduction.

La présidence de la République n’assume pas les responsabilités qui lui incombent dans la coordination de la lutte contre la pandémie avec des mesures sanitaires et des politiques publiques qui garantissent un revenu minimum aux travailleurs et la capacité des entreprises, en particulier les micro, petites et moyennes, à survivre et à honorer leurs engagements.

La présidence de la République s’est opposée à la politique d’isolement social recommandée par l’Organisation Mondiale de la Santé et adoptée aujourd’hui par la plupart des pays, exhortant la population à rompre l’isolement social et augmentant le risque d’expansion de la pandémie.

Face à l’irresponsabilité de la présidence de la République, les États et les municipalités brésiliennes ont pris l’initiative d’orienter et de protéger la population, et le Congrès est devenu l’espace d’initiatives pour la protection sociale. Parmi elles, la création d’un revenu d’urgence pour les indépendants, les chômeurs et les micro-entrepreneurs individuels.

L’irresponsabilité de la présidence de la République et le manque d’orientations du ministère de l’Économie, tous deux responsables d’une politique de réduction des revenus de la population et des ressources de l’État, sont aggravés par le conflit politique entre le gouvernement fédéral et les gouvernements des États, avec lesquels ils devraient coopérer.

Dans plusieurs pays du monde, dont beaucoup ont un PIB inférieur à celui du Brésil et des gouvernements d’orientations politiques différentes, le pouvoir exécutif national a déjà commencé à mettre en œuvre des mesures efficaces pour faire face à la pandémie actuelle.

Au Brésil, face aux attitudes irresponsables du gouvernement fédéral, nous considérons indispensable la création d’une Commission nationale de salut national. Composée des gouverneurs de toutes les unités de la Fédération et des maires des plus grandes villes, elle aura pour mission de s’occuper de la totalité de la population brésilienne, sous la direction des autorités sanitaires et sera capable de mobiliser tous les organismes publics en articulation avec les organisations de la société civile, quels que soient les partis et les croyances.

Nous considérons qu’il est urgent d’adopter les mesures suivantes :

  1. Réorienter la production des entreprises vers la fabrication de matériels essentiels pour affronter la pandémie et mettre à disposition les ressources financières nécessaires pour que le système de santé puisse servir la population avec des équipements de protection pour les professionnels, des kits de tests, des espaces hospitaliers, des lits, des respirateurs, des équipements d’urgence, en plus des professionnels qualifiés, ce qui implique l’abrogation immédiate de la CE95/2016, dite « loi du plafond des dépenses », et de la loi de responsabilité fiscale ;
  2. Étendre les programmes de prestations et de transferts d’argent aux familles de travailleurs formels et informels dont la capacité à générer des revenus est diminuée par la crise, en augmentant le nombre total de familles bénéficiaires du programme Bolsa Família et le montant versé d’au moins 20 % et en instituant un programme de revenu de base qui touche les 50 % de la population qui perçoivent aujourd’hui jusqu’à un salaire minimum ;
  3. Accorder des exonérations fiscales et des incitations aux travailleurs indépendants et aux micro-entrepreneurs ; ouvrir des lignes de crédit, avec des durées prolongées, un délai de carence et un taux d’intérêt nul pour les petites entreprises, à condition de maintenir les employés, et établir des subventions et des incitations pour les entreprises afin d’accorder des congés payés aux travailleurs ;
  4. Suspendre le paiement des services d’utilité publique tels que l’énergie, l’eau, le gaz et les télécommunications, suspendre les coupures d’approvisionnement pour les débiteurs défaillants et les expulsions pour non-paiement des loyers, ceci jusqu’à la fin de la crise ;
  5. Suspendre le paiement des dettes des États et des municipalités et, dans les cas les plus graves, leur garantir les ressources pour le paiement de leurs employés à temps, sans aucune réduction de leurs salaires, et pour le paiement des contrats avec les petites entreprises, les coopératives et les prestataires de services ;
  6. Taxer les banques, les grandes fortunes et les dividendes en capital afin d’obtenir les ressources financières nécessaires aux mesures permettant de faire face à la pandémie.

Seule l’union de toutes les autorités gouvernementales, des partis politiques et des organisations de la société civile attachés à la démocratie et au service de l’ensemble de la population brésilienne, indépendamment de leurs sensibilités politiques, permettra au Brésil de traverser la grave crise de la pandémie du COVID-19 avec le moins de pertes de vies humaines possible et de reprendre les activités économiques pour le bien-être de toute la population.

Porto Alegre, avril 2020.

SIGNATAIRES DU MANIFESTE

Entités et mouvements - niveau national

1. ABI - Association brésilienne de la presse
2. ABJD - Association brésilienne des juristes pour la démocratie
3. AJD - Association des juges pour la démocratie
4. AJURD - Association des juristes pour la démocratie
5. ANDES-SN - Syndicat national des enseignants des établissements d’enseignement supérieur
6. Articulation nationale des mouvements et des pratiques d’éducation populaire de la santé
7. Articulation pour la surveillance des droits humains au Brésil
8. Association brésilienne Rede Unida
9. Campagne nationale pour le droit à l’éducation
10. CTB - Centrale des Travailleurs et Travailleuses du Brésil
11. FENASTC - Fédération nationale des entités de fonctionnaires des cours des comptes du Brésil
12. FUP - Fédération unique des pétroliers
13. IBDU - Institut brésilien de droit urbain
14. Institut de la justice fiscale
15. MNDH - Mouvement national des droits humains au Brésil
16. MNU - Mouvement Noir Unifié
17. Mouvement des petits agriculteurs
18. Mouvement Foi et Politique
19. Mouvement national des éboueurs du recyclable
20. PPL - Pastorale populaire luthérienne - IECLB
21. PROIFES - Fédération des syndicats d’enseignants des établissements d’enseignement supérieur et de l’enseignement de base, technique et technologique
22. UBES - Union brésilienne des étudiants du secondaire
23. UBM - Union brésilienne de femmes
24. UNE - Union nationale des étudiants
25. UNEGRO - Union noire pour l’égalité

Entités et mouvements - niveau des États

26. ABJD/RS - Association brésilienne des juristes pour la démocratie / section RS
27. ADUFRGS-Sindical - Union intercommunale des enseignants des établissements fédéraux
d’enseignement supérieur du Rio Grande do Sul (RS)
28. AFAGRO - Association des taxes agricoles de la RS
29. AGAPAN - Association Gaúcha pour la protection de l’environnement naturel
30. ARI - Association de la presse du Rio Grande du Sud
31. ASERGHC - Association des serveurs du groupe hospitalier Conceição
32. Association des enseignants d’UNISINOS
33. Association des mères et des pères pour la démocratie
34. Francisco Lisboa Association des Beaux-Arts du Rio Grande do Sul
35. CAMP - Centre de conseil multi-professionnel
36. Caritas régionale brésilienne Rio Grande do Sul
37. CEAPE - Union des auditeurs externes de la Cour des comptes de l’État du Rio Grande do Sul
38. Comité pour la défense de la démocratie et de l’État de droit démocratique
39. CMP/RS - Centrale du mouvement populaire du Rio Grande do Sul
40. Collectif culturel du Festival de la Frontière
41. Collectif ProsperArt
42. CUCA - Associação Culture Capixaba
43. CUT- Centrale Unique des Travailleurs du Rio Grande do Sul
44. Fédération des métallurgistes du RS
45. Fédération des cordonniers du RS
46. Fédération des travailleurs du commerce des biens et services du RS
47. Fédération des travailleurs de la santé - RS
48. FETEE-SUL - Fédération des enseignants, des travailleurs techniques et administratifs et des auxiliaires employés dans les établissements d’enseignement
49. Forum permanent d’action pour la culture
50. Forum interreligieux et œcuménique du RS
51. IAB RS - Institut des architectes du Brésil/RS
52. Institut Raízes
53. Institut Zoravia Bettiol
54. M3D - Mouvement pour la démocratie, le dialogue et la diversité
55. Mouvement pour la défense de l’éducation
56. MST - Mouvement des travailleurs sans terre/RS
57. NEPA/UFMT - Centre d’études juridiques et de recherche environnementale
de l’Université fédérale du Mato Grosso
58. PPD - Enseignants pour la démocratie
59. RENAP- RS - Réseau national d’avocats populaires
60. SATEDRS - Union des artistes et des techniciens du spectacle et du divertissement RS
61. Section syndicale de l’ANDES/SN à l’UFRGS
62. SENERGISUL - Union de l’électricité du Rio Grande do Sul
63. SERPAZ - Service pour la paix - Pour une culture de la paix
64. SINDICAIXA-RS - Syndicat des travailleurs de la Caixa Econômica de l’État du RS
65. Syndicat des infirmières et infirmiers
66. SINDIPETRO-RS - Syndicat des pétroliers du RS
67. SINDPERS - Syndicat des fonctionnaires du RS
68. SINDISAUDE/RS - Syndicat des professionnels, techniciens, infirmiers, masseurs et employés
des hôpitaux et des établissements de soins de santé de l’État du RS
69. SINDJORS - Union des journalistes professionnels du Rio Grande do Sul
70. SINDOIF - Section ANDES-SN des IFRS
71. SINDSEPE/RS - Syndicat des fonctionnaires du RS
72. SINPRO/RS - Syndicat des enseignants de l’enseignement privé du Rio Grande do Sul
73. SINSOCIÓLOGOS/RS - Syndicat des sociologues du Rio Grande do Sul
74. SINTERGS - Syndicat des cadres publics supérieurs du RS
75. SITRAMICO-RS - Syndicat des travailleurs pour le commerce des minéraux
et dérivés du pétrole du RS
76. UEE - Union nationale des étudiants du RS
77. UGES - Union des étudiants du secondaire du Rio Grande do Sul
78. UMESPA - Union métropolitaine des étudiants de l’enseignement secondaire de Porto Alegre

Entités et mouvements - niveau municipal

79. ADLiberato - Association des enseignants de la Fondation Liberato Salzano Vieira da Cunha/NH
80. ALICE - Agence libre pour l’information, la citoyenneté et l’éducation
81. Artisans de la Résistance
82. Ben Berardi divertissements
83. Bloc de la diversité
84. Maison de la connaissance et des saveurs - Viamão
85. Cia. IncomodeTe
86. Collectif autonome Morro da Cruz
87. Collectif Féminin Pluriel - Porto Alegre
88. Compagnie des Solos & Bem Acompanhados
89. Communauté 247 RS
90. Conseil municipal des politiques culturelles de Canoas - RS
91. Espace d’art de Viandantes
92. Forum des femmes féministes de Viamão - RS
93. GRETA SOREL - Groupe d’études thématiques et environnementales pérennes sur le plan social
94. MOVE - Réseau des artistes du théâtre de Porto Alegre
95. Mouvement collectif de Porto Alegre
96. Mouvement libre des ateliers libres
97. Mouvement pédagogique populaire - L’école du peuple
98. La nature à l’état pur
99. Espace de travail collectif « Olho Mágico » - Viamão RS
100. Pretas Productions
101. Projet GOMPA
102. Superficie Design Productrice de matériaux graphiques Ltd.
103. Tribu des Agitateurs Ói Nóis Aqui Traveiz
104. Ziriguidum Batucada Social

Voir en ligne : Manifesto exige medidas de combate à pandemia que proteja toda a população brasileira

Agenda

Tous les événements

Suivez-nous

Newsletter

Abonnez-vous à la Newletter d’Autres Brésil !

Inscrivez vous

Entrez votre adresse mail ci-dessous pour vous abonner à notre lettre d’information.
Vous-pouvez vous désinscrire à tout moment envoyant un email à l’adresse suivante : sympa@listes.autresbresils.net, en précisant en sujet : unsubscribe infolettre.

La dernière newsletter

>>> Vidéo du gouvernement Bolsonaro :
paranoïa, violence, désespoir

Réseaux sociaux

Flux RSS

Abonnez-vous au flux RSS