Contre le racisme, la violence d’État, l’exclusion et la négation des droits

Contre le racisme, la violence d’État, l’exclusion et la négation des droits, nous défendons la légitimité des protestations des populations marginalisées en France et au Brésil

Depuis la fin du mois d’octobre, nous avons accompagné les manifestations de protestation de la jeunesse des banlieues de plusieurs villes françaises. Ce sont, pour la plupart, des Français pauvres, des descendants d’immigrés ou des immigrés qui souffrent quotidiennement de la discrimination ethnique, culturelle et sociale, de la violence policière arbitraire, du chômage et de l’indifférence gouvernementale. Toute la presse internationale a publié dernièrement des reportages révélant la réalité cachée par la supposée « intégration » sociale et ethnique, non seulement en France, mais aussi dans plusieurs autres pays d’Europe.

Au Brésil, nous sommes une majorité de descendants de Noirs et d’Indigènes. Nous souffrons encore aujourd’hui du racisme et de l’oppression sociale qui sont présents depuis l’époque du colonialisme. Jusqu’à aujourd’hui, au Brésil, pratiquement rien n’a été réalisé pour la réparation et le dépassement de siècles d’esclavage et de génocide. Le passé colonial survit dans divers aspects de la réalité de notre pays :

- Ce sont les Noirs qui sont les principales victimes de l’odieuse violence policière atteignant quotidiennement les communautés pauvres ;

- Les Noirs sont en majorité parmi les millions de chômeurs. Lorsqu’ils/elles sont employés, leurs salaires sont inférieurs à ceux des Blancs ;

- La proportion de Noirs et d’Indigènes parmi les étudiants universitaires est nettement inférieure à la proportion de descendants d’Indigènes et d’Africains présents dans la population du pays ;

- Une règle non écrite exclut des millions de personnes d’emplois où est exigée la dite « bonne apparence ». C’est-à-dire de ne pas avoir de traces de descendance africaine ;

- Le revenu, la propriété et la richesse générale sont fortement concentrés dans les mains d’une minorité d’origine européenne (colonisatrice), dans un des pays les plus inégaux du monde.

Ainsi, nous comprenons très bien la réalité dans laquelle vivent nos frères français et immigrés, descendants des peuples colonisés. Les deux jeunes défunts, quand ils fuyaient la police à Clichy-sous-Bois sont pareils à nos jeunes qui sont quotidiennement assassinés par les forces de l’État dans nos bidonvilles (favelas) et périphéries. Les déclarations du ministre de l’Intérieur français en se référant aux jeunes qui protestent comme étant de la racaille, correspondent aux déclarations de nos autorités gouvernementales et policières qui les nomment « bandits », se référant à tous ceux et celles qui, dans les communautés du Brésil, protestent et combattent la violence policière et les exécutions sommaires. Nous nous solidarisons et compatissons avec la douleur et la révolte des banlieues pauvres de France.

En opposition avec l’opinion publique internationale, le gouvernement français, et particulièrement le ministre Nicolas Sarkozy, insiste en faisant référence à des « bandes » de criminels comme étant les auteurs des protestations des dernières semaines. Ce discours de criminalisation de la pauvreté que nous connaissons aussi bien ici a été utilisé pour justifier l’adoption (prolongée actuellement à plus de trois mois) de l’état d’urgence, une législation colonialiste qui n’avait encore jamais été adoptée sur le territoire français. L’État français répond ainsi avec plus de répression et d’intolérance à une révolte provoquée par la répression et l’intolérance.

Ce qui arrive en France, en Europe et dans le monde entier nous atteint aussi ici au Brésil. Les institutions policières brésiliennes, objet d’innombrables dénonciations concernant des violations très graves des droits humains selon divers organismes internationaux, sont inspirées par les politiques de « tolérance zéro » de divers pays du monde comme la France. Les abus commis au nom de la dite « guerre contre la terreur », ont déjà fait une victime directe, Jean Charles de Menezes assassiné par la police de Londres en juillet dernier.

D’autre part, la lutte contre l’exclusion, le racisme et la violence d’État dans d’autres pays nous stimule à continuer ici notre combat dans les conditions difficiles du Brésil, dans lequel une grande partie de l’appareil et des méthodes de la dictature militaire continuent présents et cela tout particulièrement contre la population pauvre et noire.

Il y a beaucoup d’habitants des communautés, des mouvements populaires et des droits humains dénonçant le fait que la population pauvre des grandes villes du Brésil vit sans droits, sans le respect le plus élémentaire garanti par la Constitution. Cette réalité provoque fréquemment des protestations des habitants des bidonvilles et des périphéries, souvent en bloquant les rues, en attaquant des automobiles. Les autorités gouvernementales parlent toujours d’actions de criminels comme aujourd’hui le fait l’État français.

Nous rappelons que la Déclaration Universelle des Droits Humains affirme que « la protection des droits de l’Homme est essentiel grâce à un régime de droit, afin que l’Homme ne soit pas obligé, en suprême recours, de se rebeller contre la tyrannie et l’oppression ». En protestant de l’absence de régime de droit, les communautés, que ce soit au Brésil ou en France, sont légitimement en droit de se rebeller contre la tyrannie, et en cela sont défendues par des penseurs aussi différents que Confucius, Thomas d’Aquin, John Locke, Henry Thoreau et Gandhi.

Ainsi, nous nous adressons avant tout aux Françaises et aux immigrés victimes du racisme, de la violence et de l’exclusion sociale, manifestant notre solidarité et notre volonté de combattre ensemble pour la justice et l’égalité. Nous sommes aussi solidaires avec tous les Français, indépendemment de l’ethnie et de l’origine sociale, qui ont protesté contre les politiques racistes et discriminatoires, contre l’état d’urgence et en faveur des immigrés.

Finalement, nous nous adressons au gouvernement français sollicitant la fin de la politique de confrontation et de criminalisation des pauvres et des immigrés, en particulier nous nous joignons à ceux et celles qui en France ont exigé :

- la fin de l’état d’urgence ;

- non aux expulsions des immigrés ;

- une punition pour les agents d’État responsables de déclarations racistes, de violences et d’autres violations des droits humains.

Rio de Janeiro, le 18 novembre 2005, Semaine de la Conscience Noire au Brésil.


Signataires

Rede de Comunidades e Movimentos contra a Violência

Movimento Negro Unificado - MNU

Frente de Luta Popular - FLP

Coordenação Nacional de Lutas - Conlutas

Sindicato dos Trabalhadores em Saúde, Trabalho e Previdência Social no Estado do Rio de Janeiro - Sindsprev/RJ

Movimento Terra Trabalho e Liberdade - MTL

Ocupação Zumbi dos Palmares

Movimento por uma Tendência Sindical - MTS

Agenda

L'équipe d'Autres Brésils est en train de préparer de nouveaux événements... restez attentifs !

Tous les événements

Suivez-nous

Newsletter

Abonnez-vous à la Newletter d’Autres Brésils !

Inscrivez vous

Entrez votre adresse mail ci-dessous pour vous abonner à notre lettre d’information.
Vous-pouvez vous désinscrire à tout moment envoyant un email à l’adresse suivante : sympa@listes.autresbresils.net, en précisant en sujet : unsubscribe infolettre.

La dernière newsletter

>>> 2022, une année charnière pour le Brésil !

Réseaux sociaux

Flux RSS

Abonnez-vous au flux RSS