Considérations sur le présent, le passé et le futur du Théâtre brésilien

 | Par André Dias

La présente réflexion est née de la nécessité d´arracher de l´espoir à la vie. Provoqué par les désajustements du présent et par le manque de perspectives claires du futur, écrire était nécessaire pour résister et réélaborer l´existence. Le parcours emprunté part de l´examen de la grave situation sanitaire et politique qui traverse le Brésil, en articulation avec une partie de l´histoire du théâtre national. La période historique choisie pour l´analyse a été celle de la Belle Époque, qui a marqué la consolidation et la professionnalisation du théâtre sur le sol brésilien. En ce sens, la période en question fonctionne comme un contrepoint au temps présent et éclaire également des initiatives artistiques contemporaines, à l´image de celle développée par Armazém Companhia de Teatro en 2020, dont le mérite consiste à indiquer de nouvelles voies possibles pour les arts scéniques dans le pays.

Traduction du portugais du Brésil : Patrick Louis
Révision du texte traduit : Magali de Vitry d´Avaucourt

Ce texte est extrait du livre, Dialogue France-Brésil - Circulations transculturelles : Territoires - Représentations imaginaires tome 2 (2022)


C´est pour cela que nous pouvons dire : le présent est réel, il est ce qu´il est. Mais le passé est plus que réel, il est nécessaire : impossible qu´il n´ait pas été. Quant au futur, il est seulement possible : certains faits pourront se produire [1].

Décembre 2019 a été marqué par la découverte d´un nouveau coronavirus (SARS-CoV-2), responsable de Covid19, qui, en un peu moins d´une année, s´est transformé en un problème humanitaire global, ayant des conséquences sans précédent sur la santé, la vie, la socialisation et l´économie. Côte à côte avec la peur et les incertitudes, la Science a initié une recherche obstinée de réponses satisfaisantes pour surmonter le mal. En moins d´une année, des vaccins efficaces ont été élaborés en réponse – progressive - au problème. La Science a réalisé une action historique, jamais observée dans l´histoire de l´humanité. Des savants du monde entier se sont penchés sur la recherche de produits immunisants capables d´empêcher la dissémination de la maladie et ont obtenu des résultats positifs. La pandémie de Covid19 n´a cependant pas encore été totalement vaincue. Ceci se produira seulement après l´immunisation d´au moins 70 % de la population de la planète. Pour le moment, les risques de contagion et de mutation du virus continuent de hanter le monde. Les premières mesures de prévention (désinfection permanente des mains, usage du masque et distanciation sociale) doivent continuer plus ou moins longtemps en fonction des mesures effectives prises par chaque gouvernement national dans la gestion du problème. Durant les premiers mois de 2021, le Brésil est devenu l´épicentre de la pandémie globale et ceci est dû, fondamentalement, à l´inefficacité et au négationnisme du gouvernement du pays. L´image du président de la République incarne l´étendard de l´ignorance, de l´incompétence et du boycott des mesures de prévention préconisées par l´Organisation Mondiale de la Santé. A contre-courant des recommandations scientifiques les plus importantes, le président a commis toutes les erreurs possibles et inimaginables : il a instrumentalisé le Ministère de la Santé afin d´adopter un « traitement » préventif indiscutablement inefficace et préjudiciable à la santé des patients, il a provoqué, à plusieurs reprises, des rassemblements de personnes et a créé une fausse opposition entre le développement économique et les nécessaires mesures de distanciation, pour ne citer que quelques-uns de ses graves agissements. La mise en place par le Sénat brésilien, en avril 2021, d´une Commission Parlementaire d´Enquête [2] ayant pour objectif d´examiner l´incurie dans le traitement de la pandémie au Brésil, pourra amener le président et quelques-uns de ses ministres à répondre du crime de responsabilité, avec des répercussions juridiques et politiques imprévisibles. La politisation de la pandémie dans le pays frôle les limites de la folie, avec un occupant irresponsable des fonctions de président rivalisant, sans cesse, avec les gouverneurs des états et les maires de plusieurs villes qui tentent d´implanter des mesures restrictives de déplacement, afin de diminuer la vitesse de contamination du virus. Le président et ses partisans diabolisent l´artifice du lockdown (protocole de confinement et d´isolement qui empêche la circulation de personnes et de charges) comme si cette mesure avait été effectivement mise en place au Brésil par quelque gouvernement local. Aucun gouvernement étatique ou municipal, à ce jour, n´a réellement implanté une telle mesure. Même ainsi, le président brésilien continue sa « chansonnette » de la fausse opposition : préserver l´économie ou sauver des vies. Ceci est, de toute évidence, un faux dilemme, car aucune économie ne se maintient sans préserver les vies. Seule la mentalité obtuse d´une personne uniquement préoccupée par son futur politique pouvait créer une telle fabulation.

Lire l’article en cliquant ici

André Dias est Docteur en Lettres (Études de littérature) diplômé de l ́Université Fédérale Fluminense (UFF - État de Rio de Janeiro) – Professeur « associé » de niveau 2 de littérature brésilienne et Professeur du Programme d ́Études Universitaires Supérieur en Littérature de l ́Université Fédérale Fluminense. Vice-coordinateur du Programme d ́Études Universitaires Supérieur en Littérature de l ́UFF, il dirige également le Groupe de Recherche Littérature et Dissonances – LIDIS/UFF et coordonne le Groupe de Travail Dramaturgie et Théâtre de l ́Association Nationale de Post-Master et Recherche en Lettres et Linguistique – ANPOLL.

En couverture, le Théâtre municipal de Manaus, Amazonie. Crédits : Wikicommons.

[1Francis Wolff. “A flecha do tempo e o rio do tempo – Pensar o futuro” dans Adauto Novaes (Org.). O futuro não é mais o que era. São Paulo : Edições Sesc, 2013, p. 46.

[2CPI, en portugais : Comissão Parlamentar de Inquérito

Suivez-nous

Newsletter

Abonnez-vous à la Newletter d’Autres Brésils !

Inscrivez vous

Entrez votre adresse mail ci-dessous pour vous abonner à notre lettre d’information.
Vous-pouvez vous désinscrire à tout moment envoyant un email à l’adresse suivante : sympa@listes.autresbresils.net, en précisant en sujet : unsubscribe infolettre.

La dernière newsletter

>>> Accord UE-Mercosur, Agro-industrie, Droits humains : Le Brésil après l’élection de Lula

Réseaux sociaux

Flux RSS

Abonnez-vous au flux RSS