Condamnation pour crime de torture de deux policiers civils

 | Par CPT

LE TRIBUNAL DE JUSTICE DE L’ETAT CONFIRME LA CONDAMNATION DE DEUX AGENTS DE LA POLICE CIVILE DU SUD DU PARÀ DANS UNE AFFAIRE AYANT EU DES RÉPERCUSSIONS AU NIVEAU INTERNATIONAL

Le 30.05.06, le Tribunal de Justice du Parà a confirmé la condamnation pour crime de torture de deux policiers civils : RAIMUNDO DA CRUZ PACHECO et RAIMUNDO MONTEIRO RIBEIRO. Le crime remonte au mois de juin 1999 lorsque W., un adolescent de 15 ans fut détenu pendant trois jours au commissariat de police de Xinguara - sud du Parà - où il fut battu et menacé de mort tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du commissariat, sans que sa mère, une enseignante, soit informée. Lorsqu’il fut libéré, le jeune homme était atteint de graves troubles mentaux, qui furent à l’origine de son internement pendant plusieurs mois. A ce jour il est toujours en traitement. Les frais en sont payés par le Gouvernement de l’état du Pará, suite à une décision judiciaire.

Ce cas a été le point de départ de la divulgation à la presse, en 2001, d’un dossier signé par 13 organisations religieuses et de défense des droits de l’homme, présentant plusieurs cas de violences, de tortures et même d’homicides, pratiqués par des agents de la police civile du sud du Parà contre des détenus, y compris des adolescents. La Police Civile du Parà a réagi de façon extrêmement violente contre la victime, sa mère, son avocat et les témoins, pour empêcher la réalisation de l’enquête et du procès. Cette affaire prit de l’importance au niveau national et international. La jeune victime fut entendue personnellement par Mr. Nigel Rodley, Rapporteur Spécial de l’ONU pour les affaires de tortures, lors de la visite qu’il fit au Brésil en 2001. Amnesty International a choisi ce cas pour sa campagne mondiale contre la torture en 2001, comme étant l’un des dix plus symboliques

Le 14.04.05 le Juge de la circonscription de Xinguara, Cristiano Arantes e Silva, a condamné les deux policiers : le premier, Raimundo Monteiro Ribeiro, déja poursuivi pour une autre affaire de torture, à 8 ans de réclusion ; le second, Raimundo da Cruz Pacheco, à 5 ans et 4 mois de réclusion, tous deux devant être incarcérés et exclus de la fonction publique.

Nous donnons une grande importance à la décision qui a confirmé la condamnation car il s’agit d’un cas exemplaire. La première condamnation provisoire avait déja eu un effet dissuasif en provoquant une diminution sensible des violences policières à Xinguara et dans les commisariats des communes voisines.

Cependant la Commission Pastorale de la Terre (CPT) et les organisations de défense des droits de l’homme restent inquiètes au sujet de la mise en application de cete décision, vu que d’autres condamnations dans cet Etat et dans cette région ne se sont jamais concrétisées. C’est le cas par exemple de Adilson Laranjeira et de Vantuir de Paula, condamnés pour l’assassinat de João Canuto, syndicaliste de Rio Maria, qui sont en fuite depuis juillet 2005.

Par ailleurs, le cas de l’agriculteur Adão Pereira, mort dans le poste de police de São Felix do Xingu en 1993 sous les coups d’un commissaire et d’autres policiers civils et militaires, demeure préoccupant. A ce jour, la procédure criminelle n’est toujours pas terminée de sorte que la CPT et d’autres organisations se préparent à déposer une plainte contre l’état brésilien à la Commission Interaméricaine des Droits de l’Homme de l’OEA.
Xinguara, le 5 juin 2006

Commission Pastorale de la Terre Sud du Pará


Agenda

Tous les événements

Suivez-nous

Newsletter

Abonnez-vous à la Newletter d’Autres Brésil !

Inscrivez vous

Entrez votre adresse mail ci-dessous pour vous abonner à notre lettre d’information.
Vous-pouvez vous désinscrire à tout moment envoyant un email à l’adresse suivante : sympa@listes.autresbresils.net, en précisant en sujet : unsubscribe infolettre.

La dernière newsletter

>>> [Dossier Presse] : 7 jours avant le festival de documentaire Brésil en Mouvements - 2 au 4 octobre à Paris

Réseaux sociaux

Flux RSS

Abonnez-vous au flux RSS