Chronique du pire annoncé, le fascisme par le vote

Édito

Le Brésil connaît sa pire crise sociale, économique et politique depuis la fin de la dictature civilo-militaire.

L’extrême violence de la campagne présidentielle, d’août à octobre 2018, est une étape de plus dans la montée de l’autoritaire institutionnel et du discours de haine, notamment sur les réseaux sociaux. Mais les résultats du second tour ont été tels qu’ils ont abasourdi même les plus pessimistes d’entre nous. Sur fond de rejet des élites et de vote anti-système, la démocratie a une nouvelle fois permis l’ascension du fascisme.

Le dimanche 28 octobre, le candidat d’extrême-droite Jair Bolsonaro (Parti social-libéral, PSL) a remporté le scrutin avec presque 58 millions de votes ( 55,13% des voix exprimées), face au candidat du Parti des Travailleurs, Fernando Haddad. Bolsonaro a pu compter avec le soutien d’une partie des élites traditionnelles, notamment les grands propriétaires terriens, des lobbies pro-armement et des puissantes églises évangélistes, les « 3B » : Bœuf, Balles et Bible. À cette coalition pestilentielle s’ajoute le renfort des communicants et financeurs états-uniens, comme Steve Banon, et leurs virales « fake news ».

Démystifier Bolsonaro !

En direct, sans cacher son désarroi, Autres Brésils a rappelé lors de ses différentes interventions que le candidat élu est la promesse de plus de violence, un faux dégagisme, l’aboutissement de la bataille politique pour le pouvoir qui avait provoqué le coup d’État parlementaire en 2016. La victoire de Bolsonaro, député qui avait dédié son vote en faveur de la destitution de l’ex-présidente Dilma Rousseff à la mémoire de son tortionnaire, est celle de la banalisation des propos et des actes racistes, sexistes, homo- et transphobes d’une partie non-négligeable de la société brésilienne. C’est une réaction au rôle des mouvements féministes, noirs et LGBTI dans l’élection de justesse de Dilma Rousseff, qui vise à réinstituer un système autoritaire tourné vers les « citoyens de bien », promouvant les « droits de l’homme pour les hommes droits » et la hiérarchie sociale et genrée.

Faux-prophète anti-corruption, Bolsonaro a 27 ans de carrière dans des partis mêlés aux différents systèmes de corruption faisant l’objet d’enquêtes en cours. Une procédure vient d’ailleurs d’être ouverte pour financement illégal de campagne politique.

Ne nous y trompons pas, le vainqueur est tout ce qui a été annoncé et les coalitions qui le soutiennent ne se sont pas encore pleinement révélées : elles sont maintenant légitimées et encouragées par la haine institutionnalisée qui promeut la torture et les exécutions sommaires pour nettoyer le pays de celles et ceux qui sont définis comme « rouges » ou vagabonds. L’expression un « bon bandit est un bandit mort » est à prendre au sérieux dans un pays où la criminalisation des mouvements sociaux et la multiplication des assassinats des défenseurs des droits humains n’ont jamais été aussi fortes.

Il n’est guère surprenant que le premier discours du vainqueur de ces élections présidentielles ne soit pas une conférence de presse mais un Facebook Live suivi d’une prière sur une chaîne nationale. Le futur président a promis le respect des libertés d’entreprendre et de confession. On assiste à l’avènement d’une théocratie où les libertés civiles et politiques ainsi que les droits du travail et la défense de l’écosystème et l’équilibre environnemental planétaire seront les cibles de prédilection. Dès le lendemain des élections, apparaît ainsi un appel à la jeunesse pour qu’elle dénonce les professeur.es qui « essayeraient de les endoctriner ».

Leurs existences menacées, mouvements sociaux, intellectuel.le.s, étudiant.e.s et autres acteurs et actrices de la société civile organisent la résistance.

Les mouvements sociaux, les milieux artistiques, culturels, universitaires ainsi que les partis politiques prennent progressivement conscience de l’ampleur de la défaite. Une constatation s’impose : de toutes les stratégies, la plus capable d’affronter le spectre fasciste qui menace le Brésil est la résistance active et constante des femmes, notamment des femmes noires. En organisant des rassemblements massifs, des rencontres, des assemblées et des ateliers d’auto-défense, ces femmes nous ont montré que le combat contre l’horreur fasciste sera dans une grande mesure une lutte féministe intersectionnelle. Redoublant d’inventivité face à l’urgence créée par l’arrivée de l’autoritarisme, les opposants à Bolsonaro se sont organisés pour discuter dans la rue avec les indécis, pour renouer avec ce qui est un des fondements de la démocratie : reconnaître autrui comme son égal.

Fidèle à son engagement profondément démocratique et anti-fasciste, l’association Autres Brésils continuera à décrypter l’actualité brésilienne pour un public francophone et à lutter pour la reconnaissance de la diversité des différents Brésils.

Les traductions d'Autres Brésils

Des femmes noires utilisent la stratégie du quilombo en politique

Traduction : Roger GUILLOUX pour Autres Bresils Relecture : Marie-Hélène BERNADET Aux niveaux local et national, les femmes noires élues députées proposent de travailler de manière collective, aux côtés de la société et des mouvements sociaux. La (...)

Elections : malgré la peur, il y a eu des victoires

Traduction : Marie-Hélène BERNADET pour Autres Brésils Relecture : Sarah LAISSE Cela a été une élection réussie pour les indigènes et les populations traditionnelles : pour la première fois, une femme indigène a été élue députée fédérale, raconte (...)

Plus de 140 journalistes ont été agressés pendant les élections

Plus de 140 journalistes ont été agressés pendant les élections ; le directeur de l’institut de sondage, Datafolha, en est également la cible. Suite à l’article sur l’implication de chefs d’entreprises dans la diffusion de nouvelles fausses dans les (...)

Esclaves de l’or

Traduction : des étudiants du Master 1 LCAI de l’Université de La Rochelle Relecture : Roger GUILLOUX Toutes les photos sont de Lilo Clareto. Même être en couple était interdit dans le site d’orpaillage à ciel ouvert situé dans la réserve (...)

Quand tu ne règles pas tes comptes avec l’histoire, elle revient te hanter

Traduction : Jean SAINT-DIZIER pour Autres brésils Relecture : Marie-Hélène BERNADET Photo : Caio Castor/Agência Pública Interviewé par l’agência Pública, le philosophe Vladimir Safatle voit un lien direct entre le succès de Bolsonaro au premier tour (...)

La haine politique de Bolsonaro atteint les cabinets de psychanalyse. Les récits sont choquants.

Traduction : Marie-Hélène BERNADET pour Autres Brésils Relecture : Sarah LAISSE-REDOUX La vague de terreur provoquée par la candidature fasciste de Jair Bolsonaro (PSL) est arrivée jusqu’aux cabinets de psychanalyse. Les psychanalystes de tout le (...)

Dans un jeu vidéo, Bolsonaro brutalise les féministes et les sans-abris

Traduction : Marie-Hélène BERNADET pour Autres Brésils Relecture : Du Aldon Intitulé “Bolsomito 2k18”, ce jeu fait du candidat à la présidentielle le héros d’une « guerre contre les dommages du communisme » dont le but final est d’éradiquer une « (...)

Fascisme au Brésil : demain, la résistance ?

Le Brésil connaît la pire crise sociale, économique et politique de ces 30 dernières années. Et elle ne fait peut-être que commencer.

Un influent actionnaire de Carrefour finance des candidats du parti d’extrême-droite de Bolsonaro

Qui connaît le nom d’Abílio Diniz en France ? Cet homme est pourtant l’un des magnats des affaires du Brésil, ancien patron d’un grand groupe de supermarchés du pays, le groupe Pão de Açúcar, racheté en 2012 par le groupe français Casino. Abílio Diniz (...)

D’importantes manifestations dénoncent la menace fasciste au Brésil

Ce 20 octobre, d’importantes manifestations contre Jair Bolsonaro, le candidat d’extrême droite à l’élection présidentielle brésilienne, se sont déroulées dans plus d’une vingtaine de grandes villes au (...)

Autres contributions

Chronique du pire annoncé, le fascisme par le vote

Le Brésil connaît sa pire crise sociale, économique et politique depuis la fin de la dictature civilo-militaire. L’extrême violence de la campagne présidentielle, d’août à octobre 2018, est une étape de plus dans la montée de l’autoritaire (...)

Lourde menace pour la jeune démocratie brésilienne

Tribune à l’initiative d’Autres Brésils publiée sur Libération The Guardian L’Amour vaincra la haine. photo : Jeronimo/ MediaRed _ Mídia Ninja Une victoire du candidat d’extrême droite Jair Bolsonaro au second tour de l’élection, dimanche (...)

Soutenir Autres Brésils

Vous appréciez notre site ? Aidez-nous à en maintenir la gratuité !
Vous appréciez nos actions ? Aidez-nous à les concrétiser !
Autres Brésils a besoin de votre soutien financier ! Adhérez et/ou faites un don ! ICI

Comment participer ?

Il y a mille et une façons de participer à la vie de l’association. N’hésitez pas, rejoignez l’association Autres Brésils !

© Autres Brésils — 2018

Autres Brésils - 21 ter rue Voltaire - 75011 Paris
tél: 01 40 09 15 81
courriel : bresils@autresbresils.net

Pour se désabonner de cette infolettre, il suffit d'envoyer un email à l'adresse suivante : sympa@listes.autresbresils.net en précisant en sujet : unsubscribe infolettre