Ce qui doit être fait, pour changer la vie du peuple !

Proposition du MST, de Via Campesina et des Mouvements sociaux au Gouvernement Lula

Pour le milieu rural, l’agriculture paysanne et la réforme agraire

1 - Atteindre l’objectif d’installer 430 000 familles sans terre, d’ici la fin du mandat, comme promis dans le Plan National de Réforme Agraire

2 - Mettre en oeuvre un programme d’installation d’agro-industries dans les assentamentos, et un programme de crédit spécial pour la réforme agraire. Le PRONAF (Programme national de renforcement de l’agriculture familiale) ne répond pas aux besoins des plus pauvres.

3 - Défendre l’Amazonie et la biodiversité brésilienne contre les intérêts des transnationales, et empêcher le processus de privatisation de l’eau.

4 - Assurer le principe de précaution et empêcher l’autorisation de la plantation commerciale de toute semence transgénique, avant d’avoir effectué des recherches sur ses conséquences pour l’environnement et la santé des personnes.

5 - Punir de manière exemplaire tous les grands propriétaires responsables de violence contre les travailleurs. Fédéraliser le jugement des procès pour assassinats. Approuver immédiatement la loi d’expropriation des fazendas qui utilisent le travail esclave.

6 - Démarquer immédiatement toutes les terres indigènes, tel que le définit la Constitution, soutenir et valoriser la culture des peuples indigènes. Réglementer toutes les terres communautés quilombolas.

Politique économique

7 - Appliquer les 60 milliards de réais de l’excédent primaire annuel, qui est l’argent du peuple récolté par les impôts, dans des investissements créant des emplois pour tous. Investir dans l’habitat populaire, la santé publique et l’EDUCATION gratuite pour tous les jeunes. Mettre en place un programme pour éradiquer l’analphabétisme dans notre société.

8 - Baisser les taux d’intérêt réel (Selic) au même niveau que ceux pratiqués aux Etats-Unis et dans les pays voisins tels que le Venezuela et l’Argentine, soit 2,5% par an, au lieu des 19,5% actuels, qui ne profitent qu’aux banques.

9 - Doubler le montant du salaire minimum et le montant de la retraite pour 454 réais mensuels, en mai 2005, et 566 réais en mai 2006, afin de redistribuer les revenus et améliorer les conditions de vie des plus pauvres. Respectant ainsi l’engagement du gouvernement de doubler le pouvoir d’achat du salaire (minimum) pendant son mandat.

10 - Récupérer le contrôle gouvernemental et public sur la Banque Centrale, et sur la politique monétaire. Empêcher l’autonomie de la banque, contrairement à ce que veulent et sont en train de faire les banquiers et le FMI.

11 - Ne pas signer l’accord de l’ALCA. Ne pas accepter les règles de l’OMC qui affectent l’économie brésilienne. Ne maintenir que les accords commerciaux qui puissent être bénéfiques pour la population.

12 - Réaliser un audit public de la dette externe, comme le détermine la Constitution. En renégocier le montant, car nous l’avons déjà payée plusieurs fois. Utiliser ces ressources dans l’éducation, selon la proposition de la CNTE (Confédération nationale des travailleurs de l’éducation). Renégocier la dette publique interne, en étalant son règlement sans porter préjudice au budget de l’Union.

Politique en général

13 - Mobiliser les groupes parlementaires du Congrès national pour approuver la réglementation du Plébiscite populaire, projet de loi (nr.4718/2004) présenté par la OAB (Organisation des avocats brésiliens) et la CNBB (Conférence nationale des évêques brésiliens). Pour que le peuple puisse décider sur les questions fondamentales qui le concernent.

14 - Démocratiser l’utilisation des médias de masse dans le pays. Revoir les concessions politiques et autoriser l’utilisation des radios et télévisions communautaires.

15 - Condamner dans tous les organismes internationaux la politique de guerre et de violation de droits humains du gouvernement Bush, et exiger le retrait des troupes étasuniennes d’Irak. Retirer immédiatement les troupes brésiliennes d’Haïti.

16 - Promouvoir un véritable mutirão (travail collectif) national, en débattant avec la société autour d’un projet de développement national, qui garantisse la souveraineté nationale et définisse comme priorité la garantie d’un emploi pour tous, le combat contre les inégalités sociales et une véritable démocratie politique.

Document remis par la marche nationale pour la réforme agraire aux trois pouvoirs à Brasilia

Traduction : Isabelle Dos Reis (Frères des Hommes)

Source : Site du MST

Sur ce site vous trouverez également des photos, des chansons, des interviews autour de la Marche.

Agenda

Tous les événements

Suivez-nous

Newsletter

Abonnez-vous à la Newletter d’Autres Brésil !

Inscrivez vous

Entrez votre adresse mail ci-dessous pour vous abonner à notre lettre d’information.
Vous-pouvez vous désinscrire à tout moment envoyant un email à l’adresse suivante : sympa@listes.autresbresils.net, en précisant en sujet : unsubscribe infolettre.

La dernière newsletter

>>> [Dossier Presse] : 16e édition du festival de documentaire Brésil en Mouvements - 2 au 4 octobre à Paris

Réseaux sociaux

Flux RSS

Abonnez-vous au flux RSS