Brésil : les boues toxiques polluent toujours Brumadinho

 | Par Guy Pichard, Reporterre

Le 25 janvier 2019, l’effondrement du barrage minier de Brumadinho a plongé cette petite ville brésilienne dans le chaos. Deux ans plus tard, Vale — le conglomérat responsable de cette catastrophe humaine et écologique — a accepté de verser plus de 5,5 milliards d’euros. Les ONG locales sont cependant plus que sceptiques devant ce qui semble être un gigantesque effet d’annonce.

Les chiffres donnent le tournis. Un barrage de trente-huit mètres de haut qui cède et déverse douze millions de mètres cubes de résidus issus d’une mine de fer dans la rivière Paraopeba. Plus de trois cents kilomètres de boue toxique, dix-huit municipalités et 944.000 personnes touchées. En quelques minutes, près de 270 personnes englouties dans un torrent de boue toxique. Des centaines de familles endeuillées. Le 25 janvier 2019, l’effondrement du barrage minier de Brumadinho, au Brésil, plongeait cette petite ville (40.000 habitants) de l’État du Minas Gerais (« mines générales ») et ses alentours dans le chaos.

Plus de deux ans après la tragédie, le principal mal qui ronge la ville est toutefois d’ordre psychologique. « À Brumadinho, les gens se suicident et se droguent aux antidépresseurs pour oublier leurs conditions de vie », dit à Reporterre Marina Pego, scientifique et travailleuse sociale à l’Aedas, l’Association nationale de défense environnementale et sociale. « Je travaille avec des familles dont certains membres, des enfants parfois, font encore des cauchemars au sujet de cette catastrophe », ajoute la jeune femme, elle-même habitante de la ville.

[...]

Voir en ligne : Brésil : les boues toxiques polluent toujours Brumadinho

Photo de couverture © Felipe Werneck/Ibama

Agenda

L'équipe d'Autres Brésils est en train de préparer de nouveaux événements... restez attentifs !

Tous les événements

Suivez-nous

Newsletter

Abonnez-vous à la Newletter d’Autres Brésils !

Inscrivez vous

Entrez votre adresse mail ci-dessous pour vous abonner à notre lettre d’information.
Vous-pouvez vous désinscrire à tout moment envoyant un email à l’adresse suivante : sympa@listes.autresbresils.net, en précisant en sujet : unsubscribe infolettre.

La dernière newsletter

>>> [Festival Brésil en Mouvements] L’affiche est arrivée !

Réseaux sociaux

Flux RSS

Abonnez-vous au flux RSS