Brésil : les Indiens n’ont rien à célébrer

Communiqué de Survival International (France)

Tandis que se célèbre à grands fastes l’année du Brésil en France, de
l’autre côté de l’Atlantique, les Indiens marquent la désastreuse gestion de
la question des droits indigènes du gouvernement Lula par l’organisation, ce
mois-ci, de plusieurs manifestations devant l’Esplanade des Ministères à
Brasilia. Le 19 avril est au Brésil la journée de l’Indien mais les 430 000
Indiens du pays n’y voient rien à célébrer.

En 2002, les promesses électorales de Lula, parmi lesquelles un « programme
spécial d’urgence » de reconnaissance officielle de toutes les terres
indigènes, avaient été chaleureusement accueillies par les Indiens. Mais, à
ce jour, seules un peu plus de la moitié des terres indigènes ont été
totalement ratifiées.

Depuis plusieurs décennies, les Indiens guarani-kaiowá luttent pour leurs
droits territoriaux contre de puissants propriétaires terriens. De nombreux
enfants guarani-kaiowá souffrent de malnutrition. De récents rapports font
état de 22 enfants morts de faim depuis le début de l’année mais des
organisations locales de soutien aux Guarani indiquent des chiffres encore
plus élevés. Plus de 1% de la population guarani-kaiowá, des jeunes pour la
plupart, a tenté de mettre fin à ses jours, ce qui représente l¹un des taux
de suicide les plus élevés au monde
.

Le gouvernement de Lula avait promis de mettre fin à l’impunité des crimes
commis contre les Indiens. Pourtant, durant ces trente dernières années, 12
Indiens makuxi (Etat du Roraima) au moins ont été assassinés par les hommes
de main de propriétaires terriens sans que personne n’ait été poursuivi et
condamné pour ces crimes.

Stephen Corry, directeur de Survival International, a déclaré : « Les Indiens
du Brésil se sentent trahis par le gouvernement de Lula. Le Brésil a ratifié
la Convention 169 de l’OIT sur les droits des peuples indigènes ; à l’heure
même où le pays cherche à se positionner au niveau international, le
gouvernement doit honorer ses engagements internationaux et reconnaître
pleinement les droits des Indiens sur leurs terres
 ».

Le leader guarani-kaiowá Leia Aquino, a déclaré : « Nous ne sommes pas un
peuple libre parce que nous n’avons pas de terre. Quand un peuple jouit de
sa propre terre, il est libre et plus que cela, il est heureux.
 »

Survival a adressé une plainte aux Nations unies sur la situation des droits
des peuples indigènes au Brésil.

Pour lire la plainte (en anglais) :
http://www.survival-international.org/related_material.php?id=97

Photos et dossier complet disponibles

Pour plus d’informations :
http://www.survival-international.org/fr/tc%20brazil.htm

13 avril 2005

Agenda

Tous les événements

Suivez-nous

Newsletter

Abonnez-vous à la Newletter d’Autres Brésil !

Inscrivez vous

Entrez votre adresse mail ci-dessous pour vous abonner à notre lettre d’information.
Vous-pouvez vous désinscrire à tout moment envoyant un email à l’adresse suivante : sympa@listes.autresbresils.net, en précisant en sujet : unsubscribe infolettre.

La dernière newsletter

>>> [Dossier Presse] : 7 jours avant le festival de documentaire Brésil en Mouvements - 2 au 4 octobre à Paris

Réseaux sociaux

Flux RSS

Abonnez-vous au flux RSS