Brésil : dix notes sur le PSol et la lutte pour un gouvernement de gauche

 | Par Contretemps, Valério Arcary

Texte d’abord publié en portugais (Brésil) par le site Observatório de crise.
Traduction : Chantal Liégeois.

1. En mars, nous avons assisté à un changement de situation au Brésil en raison de trois événements majeurs. Deux étaient prévisibles : l’aggravation du cataclysme sanitaire et un nouveau moment de contraction économique. Le troisième fut une surprise : l’annulation des peines prononcées contre Lula et la suspicion de partialité du juge Sergio Moro de la STF (Cour Suprême de Justice). Cette combinaison d’événements a affaibli le gouvernement Bolsonaro et a ouvert la possibilité d’élever le niveau de résistance face au gouvernement d’extrême-droite. Il a également anticipé le débat sur les candidatures pour 2022.


Trois positions divisent le PSOL, en cette période de pré-Congrès. Le bloc majoritaire (Primavera, Revolução Solidária, Resistência/Insurgência/Subverta, entre autres) défend la lutte pour une candidature unique de gauche avec un programme de réformes radicales, mais propose de décider seulement l’année prochaine. Marcelo Freixo (député de Rio de Janeiro) défend la nécessité d’un front large qui comprend le centre-gauche, le MES[1] et d’autres courants défendent le lancement d’une candidature propre. Le front large n’est pas possible, pour de nombreuses raisons. La plus importante est que Ciro Gomes, actuellement affilié au PDT (le parti qui appartenait à Brizola) après être passé par six autres au cours des quarante dernières années, ne le souhaite pas. Depuis 2006, le PSOL a toujours lancé une candidature propre au premier tour des élections. Mais, s’il le fait en 2022, maintenant que Lula peut se présenter, il risque d’être perçu comme un obstacle à la défaite de l’extrême droite, ce qui serait fatal.

*

2. Ces différences peuvent menacer l’unité du PSOL, et même provoquer des ruptures inutiles. La discussion doit être faite avec beaucoup de responsabilité afin d’éviter une fragmentation qui serait une défaite irréparable. Il n’est pas possible de prédire quelle sera la situation politique en 2022, par conséquent, la discussion sur les tactiques électorales reste une approximation limitée qui prend en compte certaines variables actuelles, comme constantes. Mais celles-ci ne le sont pas. Le Brésil n’est pas très prévisible. Les masses de travailleurs et les secteurs de la classe moyenne les plus éduqués qui s’opposent à Bolsonaro souffrent de traumatismes. Des millions de personnes sont effrayées, blessées et en colère. La tragédie sanitaire, l’appauvrissement croissant, l’obscurantisme, la violence, la stupidité qui nous entourent brutalisent la société et une tempête de fureurs et de colères se prépare.


[...]

Voir en ligne : Brésil : dix notes sur le PSol et la lutte pour un gouvernement de gauche

Agenda

L'équipe d'Autres Brésils est en train de préparer de nouveaux événements... restez attentifs !

Tous les événements

Suivez-nous

Newsletter

Abonnez-vous à la Newletter d’Autres Brésils !

Inscrivez vous

Entrez votre adresse mail ci-dessous pour vous abonner à notre lettre d’information.
Vous-pouvez vous désinscrire à tout moment envoyant un email à l’adresse suivante : sympa@listes.autresbresils.net, en précisant en sujet : unsubscribe infolettre.

La dernière newsletter

>>> [Festival Brésil en Mouvements] L’affiche est arrivée !

Réseaux sociaux

Flux RSS

Abonnez-vous au flux RSS