Au pays de l’inégalité

, par Rémi Léonard

La contestation populaire qui a agité le Brésil en juin dernier a marqué les esprits par son caractère spontané et son ampleur inédite. À l’origine un mouvement dédié à la lutte contre l’augmentation des tarifs des transports publics, il s’est rapidement transformé en un ras-le-bol généralisé. Retour sur un mouvement social en réorganisation.

À la source du mécontentement réside un facteur clé : les inégalités sociales. Le Brésil reste encore et toujours l’un des pays les plus inégalitaires au monde, au 143e rang sur 156 selon la Banque Mondiale. Pourtant, l’extrême pauvreté a beaucoup diminué depuis quelques années, notamment grâce à des programmes comme Fome Zero (Faim Zéro) ou Bolsa Família (Bourse Familiale) et à la hausse du salaire minimum, nous apprend Anne Latendresse, directrice du Centre d’études et de recherches sur le Brésil (CERB) de l’UQÀM. En même temps, « les riches continuent quand même de s’enrichir davantage », nuance-t-elle.

Lisez l’article sur Le Journal des Alternatives.

Annonces

Suivez Autres Brésils

Newsletter

Inscrivez vous
Entrez votre adresse mail pour vous abonner à notre lettre d’infos.

Vous-pouvez vous désinscrire à tout moment envoyant un email à l’adresse suivante : sympa@listes.autresbresils.net, en précisant en sujet : unsubscribe infolettre

La dernière newsletter :

>>> Appel à rassemblement contre le fascisme au Brésil

Réseaux sociaux

Flux RSS

Abonnez-vous au flux RSS