Au Brésil, les peuples d’Amazonie se battent contre le Covid-19

 | Par La Croix, Pierre Cochez

Les faits. L’isolement est la seule arme des autochtones pour se prémunir contre l’épidémie. Le gouvernement brésilien, les orpailleurs et les exploitants forestiers sont autant de risques pour ces habitants de la forêt amazonienne.

Sergio Enrique Cabral revient d’une mission pour Médecins sans frontières (MSF) en Amazonie. Il a vu arriver dans son hôpital des malades autochtones depuis la forêt. « Nous n’étions pas autorisés à entrer dans les territoires autochtones, notamment pour éviter de les contaminer. Alors, lorsqu’ils sont malades, ils viennent jusqu’à notre hôpital de Manaus par exemple », explique-t-il.

Une population particulièrement vulnérable

Au Brésil, régulièrement, on apprend le décès d’un chef autochtone. Début août, le cacique Aritana Yawalapiti est mort du Covid-19 après un long parcours en voiture dans la forêt et un séjour en unité de soins intensifs où il avait été placé sous respiration artificielle. « Avec ces figures historiques, ce sont les connaissances et les savoirs de ces peuples qui sont en train de disparaître. Le taux de mortalité chez les autochtones est le double du taux moyen constaté au Brésil pour le Covid-19 », interpelle Luc Aldon, coprésident d’Autres Brésils et coordinateur de l’observatoire de la démocratie brésilienne.

Au Brésil, ils sont 900 000 à être répertoriés comme autochtones et membres de l’un des 300 peuples qui vivent majoritairement en Amazonie. Le Réseau ecclésial pan amazonien (Repam) estimait fin juillet que 27 517 indigènes avaient été contaminés par le Covid-19, dont 1 108 sont morts.

[...]

Voir en ligne : LaCroix : « Au Brésil, les peuples d’Amazonie se battent contre le Covid-19 »

Agenda

Tous les événements

Suivez-nous

Newsletter

Abonnez-vous à la Newletter d’Autres Brésil !

Inscrivez vous

Entrez votre adresse mail ci-dessous pour vous abonner à notre lettre d’information.
Vous-pouvez vous désinscrire à tout moment envoyant un email à l’adresse suivante : sympa@listes.autresbresils.net, en précisant en sujet : unsubscribe infolettre.

La dernière newsletter

>>> [Dossier Presse] : 7 jours avant le festival de documentaire Brésil en Mouvements - 2 au 4 octobre à Paris

Réseaux sociaux

Flux RSS

Abonnez-vous au flux RSS