Au Brésil, la nouvelle droite conservatrice prospère grâce à la crise politique

, par Jean-Mathieu Albertini

Rio de Janeiro (Brésil), de notre correspondant.- Deux hommes occupés à lutiner une chèvre, deux autres qui s’affairent sur un garçon et un couple qui s’envoie en l’air dans un hamac. Immortalisée dans un tableau faisant partie de l’exposition « Queermuseu » à Porto Alegre, cette scène a déclenché la colère des mouvements conservateurs. Supposée faire la promotion de la zoophilie et de l’homosexualité auprès des enfants, l’exposition est annulée sous la pression de ces mouvements, après une mobilisation massive sur les réseaux sociaux.

Quelques jours plus tard, les quelques secondes filmées d’une performance au MAM de São Paulo où un artiste nu se laisse toucher par les spectateurs sans réagir réveillent leur fureur. Sur la vidéo, une mère laisse son enfant toucher la jambe et le bras de l’homme. Les accusations de pédophilie pleuvent, suivies d’un échange d’insultes entre députés déshonorant leurs mères respectives, d’agressions contre les fonctionnaires du MAM et d’une menace de torture proférée à l’encontre du « performeur » par un député.

Voir en ligne : Médiapart

Annonces

Suivez Autres Brésils

Newsletter

Inscrivez vous
Entrez votre adresse mail pour vous abonner à notre lettre d’infos.

Vous-pouvez vous désinscrire à tout moment en modifiant vos paramètres sur votre compte et à travers le lien de désinscription.

La dernière newsletter :

>>> Esclavage et Quilombos au Brésil : une histoire toujours d’actualité Rencontre autour de la sortie du livre « Quilombos. Communautés d’esclaves insoumis au Brésil ».

Réseaux sociaux

Flux RSS

Abonnez-vous au flux RSS