Au Brésil de la faim, voter est la dernière des priorités

 | Par Sumaúma, Talita BEDINELLI

Le plus grand collège électoral du Brésil, la favela de Chuvisco, dans la zone sud de São Paulo, est le reflet d’un pays où 6 personnes sur 10 n’ont pas le plein accès à la nourriture. C’est le Brésil d’Ana Mirtes, où le coût du transport scolaire l’empêche de se rendre aux urnes.

par Talita BEDINELLI, publié originellement en portugais le 11 octobre 2022
Traduction pour Autres Brésils : Philippe ALDON et Du DUFFLES

Autres Brésils propose une traduction par semaine, choisie par l’équipe éditoriale de Sumaúma. Pour mieux connaître Sumaúma voir en fin d’article

Dans sa maison en bois, Ana Mirtes da Silva Santos se serre contre le rebord d’une vieille cuisinière à quatre brûleurs pour essayer d’esquiver une fuite d’eau. Cette pièce unique, où le salon est séparé de la chambre par un panneau sans porte, abrite sa vie et celle de Samuel, son fils de 10 ans. Il y a un évier, une table, une télévision, un vélo, un réfrigérateur. Il y a un lit à une place où ils dorment tous les deux, une couverture à carreaux en guise de fenêtre et quelques vêtements. Sur le sol en ciment, les restes de ce qui était autrefois une moquette épongent l’eau qui s’écoule des tuiles percées du toit. On sent l’eau sous les pieds. A raconter comment, la veille, alors que la pluie ne cessait pas non plus, sa chemise était détrempée sans même avoir mis un pied dehors, Ana pleure. Quand Ana pleure, ses larmes lui permettent d’évacuer les nombreuses douleurs accumulées. La pandémie ayant considérablement raréfié les emplois de femme de ménage, il y a des jours où elle et son fils mangent du riz avec de la laitue ou de la bouillie faite de farine de maïs. Quand il n’y a pas assez à manger pour les deux, elle dort le ventre vide. [1]" L’estomac gargouille " dit-elle.

C’est le mardi de la semaine précédant l’élection la plus importante depuis la redémocratisation du Brésil. Le dimanche suivant, le pays doit décider dans les urnes si le pétiste, Luiz Inácio Lula da Silva, et l’extrémiste de droite, Jair Bolsonaro, s’affronteront dans un second tour serré. Ana Mirtes, qui vit dans le plus grand collège électoral du pays, la favela de Chuvisco située dans la ville la plus riche du Brésil, n’a pas voix au chapitre. La pauvreté lui a ravi le droit fondamental d’élire celui qu’elle souhaite voir diriger le pays.

Ana préférait le candidat du PT, mais elle n’est pas allée voter car le coût du transport pour y aller était trop élevé pour son budget. Deux heures après l’ouverture des bureaux de vote, elle s’est retrouvée face à un dilemme : voter ou manger. Elle a pris la même décision que nombre de ses voisins, qui ont contribué au taux d’abstention le plus élevé de ces élections depuis 1998 : 20,95% ne se sont pas rendus aux urnes.
Pour ceux qui vivent l’indignité de ne pas savoir comment ils vont se nourrir chaque jour, s’inquiéter de savoir qui va diriger le pays ne fait pas partie des priorités. Si le fait de ne pas garantir le droit à l’alimentation est une violation de la constitution, les ruelles de ce quartier de la zone sud de São Paulo regorgent d’histoires de gens qui doivent jongler pour trouver de quoi se nourrir.

Si les paniers alimentaires de base garantissent le riz, les haricots, les nouilles, la farine, l’huile et la semoule de maïs, dans le quartier, il n’y en a que 35 qui sont fournis chaque mois pour 500 familles, explique un responsable communautaire de la favela de Chuvisco. Il organise une rotation entre les familles les plus nécessiteuses. Pour les fruits et légumes, beaucoup comptent sur la bonne volonté des commerçants du marché, qui cèdent leurs invendus en fin de journée. Les protéines doivent être achetées. En général, ce sont des œufs ou des saucisses, qui sont moins chers.

La favela est le portrait d’un Brésil affamé, où seules 4 familles sur 10 parviennent à avoir le plein accès à la nourriture, selon les données du Réseau national de chercheurs sur la souveraineté et la sécurité alimentaires au Brésil (Réseau PENSSAN), publiées en juin 2022. La forme la plus grave de ce qu’on appelle l’insécurité alimentaire, c’est-à-dire le fait de ne pas prendre tous les repas de la journée, concerne 33,1 millions de Brésiliens - un niveau équivalent à celui des années 1990. Dans le pays qui n’apparaissait plus sur la carte de la faim de l’ONU en 2014, en un peu plus d’un an (entre fin 2020 et début 2022), 14 millions de personnes ont cessé de prendre tous leurs repas quotidiens. Les données soulignent que :

  • 15,4 % des familles ne prennent pas de petit-déjeuner tous les jours,
  • 10 % ne déjeunent pas tous les jours et
  • 19,9 % n’ont souvent rien à manger au dîner.

Une autre catégorie comprend ceux qui, sans souffrir de la faim au quotidien, n’ont pas d’accès garanti à la nourriture : 3 familles sur 10 rapportent l’angoisse quotidienne de ne pas savoir de quoi sera fait le lendemain.

Infographie _ Insécurité Alimentaire _ Baromètre 2019_2022 de la Coalition Solidarité Brésil 2022.
Source des données : Réseau national de chercheurs sur la souveraineté et la sécurité alimentaires au Brésil (Réseau PENSSAN)

L’insécurité alimentaire s’est à nouveau aggravée dans le pays depuis 2016, explique Rosana Salles Costa, chercheuse du réseau Penssan. Les restrictions économiques du gouvernement de Michel Temer, l’augmentation du chômage et la déstructuration du Conseil national de sécurité alimentaire, qui assurait le suivi et la mise en place de politiques publiques dans ce domaine, et qui a été démis de ses fonctions dès le premier jour du gouvernement Bolsonaro, ont affaibli le Brésil juste avant l’arrivée de la pandémie. Les politiques de Bolsonaro, qui ont retardé la vaccination contre le covid-19, ont aggravé la crise économique. C’était le scénario idéal pour amplifier la faim.

La question est revenue sur le devant de la scène lors de cette élection. Bolsonaro a remplacé la « Bolsa Família » par « l’Auxílio Brasil », d’un montant de 600 réaux qui risque de chuter à 405 l’année prochaine, selon les prévisions du budget fédéral 2023. Et, en guise d’appel du pied aux électeurs les plus démunis, il a promis d’avancer le paiement de ce mois-ci à la veille du second tour. Lula discute, quant à lui, en échange du soutien de Ciro Gomes, de l’inclusion dans son programme de gouvernement de la proposition du pédédiste d’un revenu de base de 1 000 réaux. Mais Rosana, qui est également professeur à l’institut de nutrition de l’Université fédérale de Rio de Janeiro (UFRJ), affirme que pour mettre fin à la faim, un programme de transfert d’argent ne suffit pas. Il est nécessaire d’avoir une politique gouvernementale qui comprenne, outre l’amélioration économique évidente, le gel des prix des produits du panier alimentaire de base, par exemple, qui, rien que l’année dernière, ont augmenté de 13,4 % à 26,54 % dans les capitales des États brésiliens, selon le département intersyndical des statistiques et des études socio-économiques (DIEESE). À São Paulo, un travailleur gagnant le salaire minimum (1 212 réaux) dépense jusqu’à 69,31 % de son revenu pour acheter ces produits alimentaires de base.

En septembre, Ana Mirtes a reçu pour la première fois les 600 réaux de l’ « Auxílio Brasil  ». "Cela ne suffit pas ", dit-elle. "Juste le gaz coûte 125 réaux. J’utilise un pommeau chauffant pour économiser et faire en sorte que l’argent dure plus longtemps", explique-t-elle. Elle montre ainsi une résistance électrique de douche suspendue au-dessus de l’évier, avec laquelle elle chauffe l’eau avant de la mettre sur la cuisinière, afin d’accélérer le processus de cuisson. Un pari dangereux qui pourrait détruire sa cabane et celles de tous ses voisins dans un incendie. Outre la nourriture, il faut aussi acheter des vêtements, des médicaments, des articles d’hygiène personnelle. Tout cela dans un Brésil où les prix sont à la hausse. "S’il n’y avait pas les paniers alimentaires de base et le marché, je ne sais pas ce que nous ferions", dit-elle. Ana fait le tour des ordures du quartier à la recherche de canettes à vendre, mais, face à une concurrence accrue, il lui faut parfois deux semaines pour rassembler les 70 unités nécessaires au kilo, vendu à 6 réaux.

Rafael Damasceno, Ritiele Patriste et leur fille Ana Clara, 1 an. Sans espoir quant au résultat, il a décidé de ne pas voter. Photo : Isabella Finholdt/SUMAÚMA

Dans une autre maison, à quelques rues de là, Rafael Damasceno, 27 ans, a également renoncé à voter le 2 octobre. "J’ai bien réfléchi. Ces gens ne font que promettre et promettre. Et tous ne font que voler", a-t-il dit. Pendant la semaine, il a tout de même envisagé de se rendre aux urnes, car il pensait profiter du dimanche ensoleillé pour vendre des bonbons au phare, projet gâché par la pluie incessante tombée cette semaine-là. Et pourtant, à l’heure du déjeuner, il était tout content que son travail de livreur iFood [2] lui ait rapporté 150 réaux. Avec cet argent, il a enfin acheté de la viande et des pommes de terre et il est resté chez lui déjeuner avec sa femme et ses quatre enfants. S’il a calculé qu’il avait garanti de quoi manger jusqu’à jeudi, il a tout de même renoncé à aller voter, car il n’a aucun espoir que sa vie change avec le résultat des urnes.

Le mardi précédant l’élection, sa femme, Ritiele Patriste, 23 ans, avait ouvert le réfrigérateur pour lui montrer les rayons presque vides. Sur le dernier, il y avait deux bottes de carottes, déjà noircies. Plus haut, une bouteille d’eau et une cocotte-minute avec quelques haricots cuisinés. Sur la porte, un pot de moutarde, du saindoux et un seul œuf, resté de la veille.

Sur la porte du frigo « vide » un pot de moutarde et un seul oeuf qui restait de la veille.
Photo de Isabella finhold

Bien que l’armoire contienne quelques paquets de haricots, de sucre, de riz, de nouilles et d’huile - provenant d’un panier alimentaire reçu il y a quelques jours - pour le repas de midi, il n’y avait que cet œuf pour les six membres de la famille. Apprenant qu’il avait touché six réaux de iFood, Rafael avait décidé d’acheter neuf autres œufs pour compléter le repas.

Avant la pandémie, il travaillait comme jardinier et sa famille vivait de façon plus stable. Mais il a été licencié et fait partie des 9,7 millions de chômeurs que compte le pays, selon les dernières données publiées par l’Institut brésilien de géographie et de statistique (IBGE). Sans argent pour acheter un vélo pour ses livraisons, il doit attendre que celui de son oncle - également livreur - se libère pour pouvoir faire ses petits boulots. Pour cette raison, il ne travaille pas tous les jours et ne sait pas exactement quand l’argent va rentrer. Jusqu’au mois dernier, la famille ne pouvait manger que lorsqu’il y avait un don de panier alimentaire de base. Les fruits, les légumes et les légumineuses provenaient du marché, invendus cédés gratis en fin de journée. Mais l’argent nécessaire pour compléter le repas devait provenir des livraisons de Rafael ou de la vente de bonbons au phare. "Quand nous n’avons rien, nous devons demander aux voisins, ramasser les canettes dans les ordures", explique Ritiele.

En septembre, elle a également réussi à recevoir le premier versement de 600 réaux de l’ « Auxílio Brasil », "ce qui a apporté une petite amélioration". Mais, avec quatre enfants âgés de 1 à 7 ans, cet argent ne couvre pas les dépenses. En plus des factures de gaz, d’eau et d’électricité, il faut acheter du lait, des couches, des produits d’hygiène et des vêtements. Ce qui permet à nos enfants de manger tous les jours avec une certaine qualité, c’est l’école. "Je préfère les y amener parce qu’ils y prennent le café et le déjeuner. A leur retour à la maison, ils ont juste besoin d’un petit quelque chose." Mais avec cette semaine de pluie et les ruelles transformées en petits ruisseaux, il fallait s’équilibrer sur des morceaux de bois pour marcher sans se mouiller, donc les enfants ont dû rester à la maison.

Le fait de ne pas avoir accès à tous les repas de manière régulière peut nuire à l’apport de nutriments essentiels tels que les vitamines, les protéines et les minéraux, qui font fonctionner le métabolisme. Le corps manque d’énergie pour les activités quotidiennes, notamment le travail manuel. Le système immunitaire s’affaiblit et devient plus sensible aux maladies infectieuses.

Selon la gravité et la durée de la faim, les os et les muscles peuvent être compromis, explique Inês Rugani, professeur de l’Institut de nutrition de l’UERJ (Université de l’Etat de Rio de Janeiro). Les enfants ont une couche supplémentaire de vulnérabilité. Le manque de nutriments essentiels peut ralentir la croissance. Si elle survient au cours des deux premières années de la vie, lorsque le système nerveux se forme, les capacités cognitives peuvent être endommagées, ce qui entraîne une plus grande difficulté à apprendre et à interagir avec le monde. La faim est donc une marque qui sera portée toute la vie, même si dans le futur la nourriture est abondante.

Camila, Joyce et leur mère, Andrea Gomes de Souza, passent par une zone proche d’un ruisseau en allant voter. Photo : Isabella Finholdt/SUMAÚMA

Ce dimanche d’élection, les sœurs Camila, 24 ans, Joyce Cristina, 18 ans, et leur mère, Andrea Gomes de Souza, 43 ans, sortent de leur logement, un trois pièces dans la rue d’entrée de la favela. Fraîchement douchées et les cheveux mouillés, elles traversent la favela et suivent en file indienne un chemin encombré de poutres en bois. À chaque poutre, elles doivent décider de passer par-dessous ou par-dessus, choix qui se doit d’être bien pesé car le moindre faux pas peut leur faire mettre les pieds, chaussés de tongs, dans les eaux usées de l’égout qui coule à côté.

Il était presque midi quand le groupe décida d’aller voter. Commençait alors une marche de 50 minutes. Arrivée presque au bout, Andrea a abandonné. Elle venait de découvrir que l’école où elle avait voté ces dernières années, au milieu du quartier noble de Campo Belo, avait succombé à la spéculation immobilière pour devenir un immeuble. Le site Web de la Cour supérieure électorale indiquait que son nouveau bureau de vote était à des kilomètres de là. Comme Joyce n’avait toujours pas sa carte d’électrice, Camila s’est retrouvée avec sa fille Ana Vitória, âgée de 1 an et 8 mois, dans les bras. Elle a réussi à trouver une urne électronique dans une autre école, un peu plus loin.
Camila, convaincue par son beau-père que voter était important, a obtenu sa carte d’électrice cette année. Elle appuie sur le chiffre 13, pour Lula, mais ne sait pas qu’elle doit aussi voter pour deux députés, le sénateur et le gouverneur. Elle a marché avec juste un petit biscuit salé dans l’estomac. Dans la course macabre à l’alimentation, il y a des jours de chance, comme l’après-midi précédent où la famille avait acheté des steaks avec l’argent du beau-frère gagné de la vente de fils de cuivre. Et il y a des jours de malchance absolue où il n’y a rien à manger et où la seule chose à faire c’est de dormir en attendant un lendemain meilleur.

Camila Gomes de Souza et sa fille de 1 ans, Ana Vitória : sans émotion après avoir voté. Photo : Isabella Finholdt/SUMAÚMA

"La faim fait mal. Ça fait mal à la tête, ça fait mal à l’estomac. Ce que je ressens, c’est de la tristesse dans mon cœur", dit-elle. Depuis le début de la pandémie, et maintenant avec un petit bébé, c’est difficile de s’en sortir avec des petits boulots au supermarché ou comme nounou, comme elle le faisait auparavant. Par chance, sa fille a obtenu une place à la crèche, où elle prend tous ses repas, explique-t-elle, en traversant le quartier aisé où elle vote. Un homme blanc regarde Ana Vitória et lui demande en riant : "Elle est à adopter ? Je la veux !". La jeune mère lui rétorque en colère : "Vous allez m’adopter aussi ? »

Camila a quitté le bureau de vote sans émotion aucune. Elle a trouvé compliqué de voter à l’urne électronique mais elle a réussi à valider ses choix. De là-bas, elle allait rendre visite à sa nièce, qui vit avec son père dans une autre favela et dont c’était l’anniversaire ce jour-là. Quand elle est rentrée chez elle, elle ne savait pas si elle aurait quelque chose pour dîner.


Si vous avez trouvé ce contenu important pour la vie des générations futures, soutenez SUMAÚMA, afin que nous puissions faire plus dans les prochaines éditions. https://apoia.se/sumaumajornalismo

Voir en ligne : No Brasil da fome, votar é a última prioridade

En couverture : Ana Mirtes da Silva Santos et son fils Samuel, 10 ans, devant la porte de leur maison, dans la favela de Chuvisco, zone sud de São Paulo. Un dimanche où le soleil brille enfin, elle sourit. Photo : Isabella Finholdt/SUMAÚMA

[1Note de Autres Brésils : pour aller plus loin, l’article de Elvira Lobato, Agencia Publica Dormir pour Oublier la Faim, juin 2019. A Japeri, dans la Baixada Fluminense, des mères de famille racontent leurs combats pour élever leurs enfants au milieu de la pauvreté, du chômage et des confrontations quotidiennes entre factions de narcotrafiquants. Dans beaucoup de familles pauvres de la banlieue de Rio de Janeiro, la faim se transmet de génération en génération.

*Réalisé avec la collaboration de Angelina Nunes, Claudia Lima et Cristina Alves. Ce texte est issu du Concours de Micro bourses de Reportage sur la Faim organisé par Agência Publica en partenariat avec Oxfam Brasil.

[2Note de Autres Brésils : Au sujet des livreurs, lire l’article de Lucas Veloso et Jéssica Moreira est publié sur Global Voices en Septembre 2020 dans le cadre d’un accord de partage de contenu avec l’Agência Mural.

Suivez-nous

Newsletter

Abonnez-vous à la Newletter d’Autres Brésils !

Inscrivez vous

Entrez votre adresse mail ci-dessous pour vous abonner à notre lettre d’information.
Vous-pouvez vous désinscrire à tout moment envoyant un email à l’adresse suivante : sympa@listes.autresbresils.net, en précisant en sujet : unsubscribe infolettre.

La dernière newsletter

>>> Accord UE-Mercosur, Agro-industrie, Droits humains : Le Brésil après l’élection de Lula

Réseaux sociaux

Flux RSS

Abonnez-vous au flux RSS