Au Brésil, Whatsapp est un outil de propagande massive

L’application de messagerie est au cœur de la machine bolsonariste. Instrument de mobilisation, Whatsapp permet à ses soutiens de divulguer à une très large audience des campagnes favorables au gouvernement, ou au contraire, d’attaquer férocement ses adversaires.

Sur le fond vert caractéristique de l’application Whatsapp, les messages se succèdent à un rythme frénétique. En moins de trente minutes, 500 messages défilent sur un seul des milliers de groupes de soutien au président brésilien Jair Bolsonaro. Ce 8 mars 2021, la sphère bolsonariste est en ébullition après l’annulation des condamnations de Lula par un juge de la Cour suprême, et beaucoup appellent à une intervention militaire. Au-delà des messages fulminants en lettres capitales, des « mèmes » (des images détournées ou créées qui se répandent massivement sur internet) divulguent les consignes stratégiques et enjoignent les membres du groupe à publier un maximum de contenus pro-Bolsonaro sur Whatsapp, « sous peine d’être défaits lors de la prochaine élection (…) Nous ne pouvons pas abandonner cette plate-forme. »

Si, en Inde, le parti de Narendra Modi (BJP, parti indien du peuple) avait déjà expérimenté l’application comme outil de propagande électorale en 2014, l’équipe de Jair Bolsonaro a été pionnière dans son utilisation massive pendant la présidentielle de 2018. Dans son livre La machine de la haine, la journaliste Patrícia Campos Mello, victime de nombreuses campagnes de diffamation et de menaces de mort suite à ses révélations sur l’utilisation de Whatsapp pendant la campagne victorieuse de Bolsonaro, souligne que l’un de ses fils, Carlos, a été visionnaire. « Tête pensante de la stratégie digitale de son père, il a incité à la création d’une infinité de groupes et en 2018, à lui seul, il envoyait du contenu à plus de 1500 groupes sur Whatsapp. » La présence sur les autres réseaux sociaux était également très importante, mais l’application de messagerie (qui appartient à Facebook) fut la pièce maîtresse du dispositif de campagne. Une grève importante de camionneurs la même année, à quelques mois des présidentielles, a servi de ballon d’essai. Après une mobilisation massive organisée via Whatsapp, de nombreux groupes ont été vampirisés et se sont transformés en formations soutenant Jair Bolsonaro.

[...]

Voir en ligne : INA la revue des médias : "Au Brésil, Whatsapp est un outil de propagande massive

Photo de couverture © Sergio Lima/AFP.

Suivez-nous

Newsletter

Abonnez-vous à la Newletter d’Autres Brésil !

Inscrivez vous

Entrez votre adresse mail ci-dessous pour vous abonner à notre lettre d’information.
Vous-pouvez vous désinscrire à tout moment envoyant un email à l’adresse suivante : sympa@listes.autresbresils.net, en précisant en sujet : unsubscribe infolettre.

La dernière newsletter

>>> Dernières nouvelles de la tourmente politique brésilienne.

Réseaux sociaux

Flux RSS

Abonnez-vous au flux RSS