Vagues d’attaques contre les indigènes

, par Christophe Koessler

Les droits des autochtones sont remis en cause depuis la destitution de Dilma Rousseff en 2016. Mais la recrudescence des violences date de plusieurs années déjà.

JPEG - 44.2 ko
Davi Kopenawa, leader autochtone yanomami (ici en 2014). Fernando Frazão/Agência Brasil / Wikimedia commons

« L’histoire se répète. Les chercheurs d’or qui avaient envahi notre territoire en 1986 reviennent en force depuis 2013 », a dénoncé mercredi dernier à Genève Davi Kopenawa, leader autochtone yanomami de l’Amazonie brésilienne. Avec à la clef la destruction des forêts, la contamination de l’environnement au mercure (avec de graves conséquences pour la santé des populations locales) et la résurgence de maladies contagieuses contre lesquelles les autochtones ne sont pas immunisés.

Une situation qui n’est pas une exception au Brésil. Depuis quelques années, les incursions d’éleveurs et autres mineurs illégaux en terres indigènes et les grands projets de barrages, de mines et de routes empiétant sur les lieux de vie des quelque 305 peuples autochtones du pays se sont multipliés. Entre 2012 et 2016, pas moins de 251 indigènes ont été assassinés, dont 40% pour le seul Etat du Mato Grosso du Sud, relève un rapport d’une large coalition d’ONG brésiliennes de défense des autochtones.

Voir en ligne : Le Courrier

Annonces

Suivez Autres Brésils

Newsletter

Inscrivez vous
Entrez votre adresse pour vous abonner à notre lettre d’infos

La dernière newsletter :

>>> Infolettre n°5 - Brésil en Mouvements

Réseaux sociaux

PNG - 2.2 ko
PNG - 2 ko

Flux RSS

PNG - 1.4 ko

Abonnez-vous au flux RSS