Samarco confirme le risque de rupture d’autres barrages après la coulée de boue

, par Sciences et Avenir

Des manifestants ont disposé de l’eau boueuse à l’entrée du siège de l’entreprise Vale à Rio de Janeiro, le 16 novembre 2016 (c) Afp

La compagnie minière Samarco, responsable du barrage qui a cédé et libéré un tsunami meurtrier de boue de déchets miniers le 5 novembre dans le sud-est du Brésil, a confirmé le risque de rupture de deux autres barrages au même endroit.

« Il existe un risque (de rupture) et nous, pour augmenter la sécurité et réduire le risque, nous faisons les actions d’urgence nécessaires »
, a déclaré un directeur de Samarco, Germano Lopes, lors d’une conférence de presse dans l’État de Minas Gerais (sud-est) dont l’enregistrement a été envoyé mercredi à l’AFP.

Les responsables de Samarco - entreprise détenue à parts égales par les multinationales minières brésilienne Vale et anglo-australienne BHP Billiton - avaient indiqué initialement que deux barrages avaient cédé le 5 novembre, Fundao et Santarem.

Lire la suite sur : Sciences et Avenir

Annonces

Suivez Autres Brésils

Newsletter

Inscrivez vous
Entrez votre adresse pour vous abonner à notre lettre d’infos

La dernière newsletter :

>>> Infolettre n°5 - Brésil en Mouvements

Réseaux sociaux

PNG - 2.2 ko
PNG - 2 ko

Flux RSS

PNG - 1.4 ko

Abonnez-vous au flux RSS