Massacre dans l’Etat du Pará, emblème du système de pouvoir corrompu

, par Juan Luis Berterretche
JPEG - 95 ko
Publié par Alencontre

L’armée et la police réprimèrent à Brasilia avec gaz lacrymogènes, balles en caoutchouc et des balles réelles – le 24 mai 2017 – en faisant plusieurs blessés graves parmi les quelque cent mille travailleurs et travailleuses qui se sont mobilisés·e·s en occupant la capitale afin d’exiger la destitution du président Michel Temer. Le même jour, à São Paulo, une brutale opération de police a été menée contre les habitants·e·s d’un quartier nommé « Cracolândia », autrement dit le « Crack Land » [1].

Le 24 mai, aussi, sur le territoire de la municipalité de Pau d’Arco – sud-est de l’Etat de Pará – neuf travailleurs ruraux et une travailleuse ont été exécutés par la police lors d’une opération d’expulsion de ces travailleurs sans terre, appuyés par le MST (Mouvement des Travailleurs ruraux Sans-terre), qui occupaient une grande propriété foncière.

Voir en ligne : A l’encontre

Autres articles Sur les mêmes Thématiques

Annonces

Suivez Autres Brésils

Newsletter

Inscrivez vous
Entrez votre adresse pour vous abonner à notre lettre d’infos

La dernière newsletter :

>>> Infolettre n°5 - Brésil en Mouvements

Réseaux sociaux

PNG - 2.2 ko
PNG - 2 ko

Flux RSS

PNG - 1.4 ko

Abonnez-vous au flux RSS