Le rapporteur parlementaire porte un nouveau coup dur à Dilma Rousseff

, par Autres Brésils

La procédure de destitution de la présidente brésilienne Dilma Rousseff vient de franchir une nouvelle étape. Avant le vote des députés, une commission spéciale du Parlement est chargée d’examiner la procédure et son rapporteur s’est prononcé, mercredi 6 avril, en faveur de la destitution. Un nouveau coup dur pour la dirigeante.

La présidente brésilienne Dilma Rousseff, le 5 avril 2016 à Brasilia. REUTERS/Adriano Machado

La position de Dilma Rousseff devient de plus en plus intenable. Très attendu, l’avis du rapporteur ne l’a pas épargnée. Devant la commission spéciale parlementaire chargée d’étudier la recevabilité des accusations portées contre la présidente, Jovair Arantes s’est dit favorable à la poursuite de la procédure de destitution.

Une séance très mouvementée, menée tambour battant par le rapporteur, bien conscient que sa prise de position, en faveur de la destitution, risque de bouleverser le pays. « Ma mission n’a pas été facile. Certains diront de moi que je suis un héros. D’autres diront que je suis un putschiste. Je suis sûr que je vais réveiller les émotions de chaque citoyen brésilien, les pires comme les meilleures », a-t-il commenté.

Lire la suite sur : RFI

Annonces

Suivez Autres Brésils

Newsletter

Inscrivez vous
Entrez votre adresse pour vous abonner à notre lettre d’infos

La dernière newsletter :

>>> Autres Brésils a besoin de vous !

Réseaux sociaux

PNG - 2.2 ko
PNG - 2 ko

Flux RSS

PNG - 1.4 ko

Abonnez-vous au flux RSS