« Jeune, noir et en vie » – Brisons le silence qui entoure le taux d’homicide des jeunes au Brésil

, par Amnesty International

Le 25 novembre, nombreux sont ceux qui à travers le monde ont attendu en retenant leur souffle la décision d’un grand jury dans une affaire où un policier a abattu un jeune homme noir non armé dans la rue. Si Michael Brown est mort dans la banlieue de Ferguson, au Missouri, aux États-Unis, le 9 août, l’affaire trouve un écho profond ici au Brésil. Le cours tragique des événements qui a conduit à la mort du jeune homme pourrait tout aussi bien avoir eu lieu dans les rues de nos villes ou de nos favelas (bidonvilles).

Sur les 56 000 victimes d’homicides que l’on dénombre au Brésil chaque année, 30 000 sont des jeunes gens âgés de 15 à 29 ans. En ce moment même, un jeune est très probablement tué au Brésil. D’ici à ce que vous alliez vous coucher, 82 seront morts dans la journée. Cela correspond à un petit avion rempli de jeunes passagers qui s’écrase tous les deux jours, sans aucun survivant. Ce fait déjà assez choquant en soi est encore plus scandaleux lorsque l’on sait que 77 % de ces jeunes gens sont noirs.

Depuis 1980, plus d’un million de personnes ont été assassinées au Brésil. Selon le rapport du Fléau mondial de la violence armée 2008, de 2004 à 2007, le nombre de personnes tuées au Brésil dépassait le nombre de victimes des 12 principaux conflits dans le monde.

Lire la suite sur Amnesty International

Annonces

Suivez Autres Brésils

Newsletter

Inscrivez vous
Entrez votre adresse pour vous abonner à notre lettre d’infos

La dernière newsletter :

>>> Infolettre n°5 - Brésil en Mouvements

Réseaux sociaux

PNG - 2.2 ko
PNG - 2 ko

Flux RSS

PNG - 1.4 ko

Abonnez-vous au flux RSS