Dilma Rousseff : « Je suis fière d’avoir participé à l’éradication de la misère et de la faim »

, par L’humanité.fr

Anne Vigna
Jeudi, 15 septembre, 2016

Dilma Rousseff
AFP

Six jours après sa destitution, imposée par un coup d’état, et quelques minutes avant son départ de la résidence de l’Alvorada, à Brasilia, l’ex-présidente Dilma Rousseff a accepté de répondre aux questions de l’« Humanité Dimanche ». Elle revient sur les manoeuvres antidémocratiques de la droite, les erreurs et les avancées réalisées durant son mandat. Entretien.

HD. Depuis votre destitution, il y a des manifestations dans les grandes capitales du pays avec souvent une violente intervention de la police ces derniers jours, en particulier à São Paulo. Est-ce que vous craignez la violence alors que Michel Temer, le nouveau président, a dit qu’il ne tolérerait plus de se faire traiter de « putschiste » ?

Dilma Rousseff. Je crois que, quand un pays se retrouve face à un putsch, un putsch basé sur une fraude comme l’est ma destitution puisque je n’ai commis aucun crime (de responsabilité), et quand ce pays se retrouve gouverné par un gouvernement illégitime, putschiste et usurpateur, il se produit souvent une forte révolte populaire, en particulier pour défendre une démocratie qui nous a tant coûté à conquérir (le Brésil était gouverné par un régime militaire entre 1964 et 1985 NDLR).
Quand nous sommes dans un cas de rupture démocratique, de coup d’État, la tendance est de réprimer ces manifestations. Quand j’étais présidente, il y a eu des centaines de manifestations contre moi et il n’y a jamais eu de répression, parce que je n’étais pas gênée par ces manifestations (en mars dernier, au moins 3 millions de Brésiliens avaient manifesté pour sa destitution ­ NDLR). Mais pour des putschistes, c’est autre chose, ils se sentent attaqués dès qu’ils se font traiter de putschistes. Donc, que fait un gouvernement illégitime ? Il réprime de manière absurde, à tel point qu’une jeune fille vient de perdre un oeil. Donc, oui, je crois que la répression va augmenter car ceux qui ont pris illégalement le pouvoir ne supportent pas que leur vraie nature de putschistes soit révélée aux yeux du Brésil et du monde entier.

Lire la suite sur : L’Humanité.fr

Annonces

Suivez Autres Brésils

Newsletter

Inscrivez vous
Entrez votre adresse pour vous abonner à notre lettre d’infos

La dernière newsletter :

>>> Autres Brésils a besoin de vous !

Réseaux sociaux

PNG - 2.2 ko
PNG - 2 ko

Flux RSS

PNG - 1.4 ko

Abonnez-vous au flux RSS