Crise institutionnelle au Brésil

, par Opinion Internationale

L’entrée de Michel Temer au palais présidentiel de Planalto a été fracassante. Le président par intérim a opéré, en moins de 24 heures, un remaniement ministériel substantiel marquant sa rupture radicale avec Dilma Rousseff, suspendue de ses fonctions pour 180 jours dans le cadre d’une procédure d’impeachment conduite par l’opposition. Exclusivement blanc et masculin (pour la première fois depuis les années 1970 !), le nouveau gouvernement a vu aussi la suppression de ses ministères de la Culture et des Femmes ; et les portefeuilles les plus importants ont été attribués à des politiciens liés à la banque et aux milieux d’affaires, soupçonnés pour certains de corruption. Ce gouvernement de « salut national » révèle non seulement le virage néolibéral que Michel Temer veut induire au Brésil, mais aussi sa pratique autoritaire et réactionnaire du pouvoir. Décryptage.

Michel Temer, président par intérim du Brésil – Crédit photo : Romério Cunha/CC. Flickr

Un « coup d’État parlementaire »

Mise en examen, Dilma Rousseff sera jugée par le Sénat brésilien dans les mois qui viennent. Cependant, cet organe parlementaire, aujourd’hui acquis à l’opposition de droite, a déjà voté sa destitution provisoire pour une durée maximale de 180 jours, et il paraît peu probable qu’entre-temps il change d’avis. Le brutal remaniement gouvernemental, exécuté par Michel Temer, traduit donc aussi son assurance de rester au palais de Planalto jusqu’à la prochaine élection présidentielle.

Il convient néanmoins de souligner que le processus de destitution de Dilma Rousseff manque clairement de fondement constitutionnel. Les Brésiliens ont plutôt l’impression d’assister à un détournement de la Constitution. En effet, quand bien même la présidente suspendue se serait livrée au « pédalage fiscal » dont on l’accuse, il ne s’agit pas là d’un motif de destitution valable. Qu’est-ce que le pédalage fiscal ? Il consiste à financer des dépenses par des emprunts auprès d’organismes publics. Ce type d’opération permettant de différer l’enregistrement de ces dépenses dans les comptes publics pour afficher, artificiellement, un équilibre budgétaire temporaire. Or, l’article 85 de la Constitution ne prévoit la destitution qu’en cas de « crime constitutionnel de responsabilité ». Il est difficile de comprendre comment le fait de présenter un budget « arrangé » rentrerait dans ce cadre, et ce d’autant plus que ce « pédalage fiscal » est une pratique récurrente au Brésil depuis les années 1990 et que d’autres gouvernements démocratiques y ont aussi recours.

Lire la suite sur : Opinion Internationale

Annonces

Suivez Autres Brésils

Newsletter

Inscrivez vous
Entrez votre adresse pour vous abonner à notre lettre d’infos

La dernière newsletter :

>>> Infolettre n°6 - 2017

Réseaux sociaux

PNG - 2.2 ko
PNG - 2 ko

Flux RSS

PNG - 1.4 ko

Abonnez-vous au flux RSS