Contre le coup d’Etat parlementaire

, par MD18

“Il n’y a pas d’autre voie que la voie populaire, la lutte sociale dans la rue”

Source : photo tirée du blog da Boitempo

La lutte pour la démocratie est ce qui unit la gauche aujourd’hui, et seule cette union et cette mobilisation populaire peut inverser le coup d’état parlementaire au Brésil. C’est l’évaluation du philosophe et sociologue portugais, Boaventura de Sousa Santos. À l’occasion d’un entretien exclusif, conduit par le Mouvement démocratique Mars 18 (MD18) et l’Université Fédérale du Pará, il fait une analyse précise de la situation politique brésilienne actuelle, mettant à nu la situation qu’il appelle « coup d’État parlementaire ». Boaventura renforce l’importance des luttes sociales, de l’influence des États Unis d’Amérique sur la politique brésilienne, ainsi que celle des stratégies internationales de lutte contre le coup d’état parlementaire au Brésil. Dans ce contexte, l’intellectuel attire l’attention sur la création d’un grand front international contre la politique impérialiste américaine qui, selon sa lecture, est en pleine offensive contre les pays qui composent les BRICS. Membre actif du Forum Social Mondial, Boaventura met en évidence la résistance populaire qui prend les rues du Brésil comme la dernière tranchée de la démocratie et fait un appel aux mouvements sociaux pour qu’ils restent actifs et que les rues restent occupées. Même dans un scénario catastrophique et désolant, sa réflexion pulsante et puissante esquive tout le pessimisme.

Lire la suite sur : MD18

Annonces