Colloque 16 février - Pourquoi il faut aider le Mouvement Sans Terre

À l’initiative du député André Chassaigne,les associations Amis du Mouvement Sans Terre et France Amérique Latine vous invitent le jeudi 16 février de 09h à 13h à l’Assemblée Nationale (7ème Bureau, 126 rue de l’université, 75007 Paris)

Au colloque : « Pourquoi il faut défendre le Mouvement Sans Terre du Brésil »

En présence de José Damasceno de Oliveira, dirigeant du Mouvement Sans Terre venu spécialement du Brésil

Deux tables rondes se succèderont :

- « Le Mouvement Sans Terre, une alternative politique et sociale dérangeante pour le libéralisme » : avec la participation de Xavier Compain, responsable du Secteur Agriculture du Conseil National du PCF, syndicaliste paysan, ainsi que de Christine Riba, Secrétaire nationale de la Confédération Paysanne, responsable du secteur international, paysanne.

- « La criminalisation des mouvements sociaux depuis le gouvernement Temer et nos solidarités » : avec la participation d’Alban Sénault, co-président du comité de Paris des Amis du MST et membre de France Amérique Latine ainsi que de Romain Altmann, Secrétaire Général d’Info’Com-CGT, syndicat CGT des salariés de l’information et de la communication.

Au regard du plan vigipirate, il est impératif de s’inscrire, en nous envoyant vos noms, prénoms, date et lieu de naissance avant le 10 février 2017. Il vous sera également demandé votre carte d’identité ou passeport à l’entrée.

CONTACT
amisdumst-paris@riseup.net
01 45 88 20 00

Pour rejoindre l’évènement Facebook, cliquez ici !

Le Mouvement des travailleurs Ruraux Sans Terre du Brésil lutte depuis 1984 pour une équitable répartition des terres, pour la Réforme Agraire et pour construire une société plus juste. Ils mettent l’accent sur l’éducation et la formation pour aider à conscientiser les populations et les militants sur ces différents enjeux.

Depuis le Coup d’État, la répression des mouvements sociaux est de plus en plus violente. Le Mouvement Sans Terre est particulièrement visé. Ils comptent déjà un certain nombre de militants exilés, assassinés ou emprisonnés. Des programmes sociaux sont supprimés. La situation empire rapidement et nécessite une solidarité internationale.

Annonces