Candidates anticapitalistes : « ils veulent mettre fin au droit à la retraite »

, par Révolution Permanente

Publié le 30 septembre 2016
Esquerda Diario

Source : Révolution Permanente

Chaque jour, les travailleurs brésiliens sont surpris par de nouveaux aspects de la réforme des retraites de leur gouvernement. Les grands journaux divulguent des pans de cette attaque contre leurs droits en même temps qu’ils essayent de la justifier.

Le gouvernement de Michel Temer n’a pas encore rendu public l’ensemble de la réforme, mais différents ministres en ont peu à peu annoncé des aspects, dont l’établissement d’un âge minimum de départ à la retraite, la fin de certains bénéfices minimaux garantis par la constitution, mais aussi l’instauration d’un système d’annuités de cotisations pour augmenter l’âge de départ et rendre plus difficile l’accès à une retraite pleine. Parmi les différentes propositions, les textes retenus rendraient presque impossible le départ à la retraite avant 70 ans, ce qui signifie de fait l’abolition du droit à la retraite pour les travailleurs les plus précaires, les travailleurs ruraux et ceux de diverses régions du pays où l’espérance de vie est plus faible.

Pour comprendre les propositions de loi et offrir un contrepoint à ce que les médias dominants affirment sur la « nécessité » de cette attaque contre les droits des travailleurs, nous avons interviewé Diana Assução et Flávia Vale, dirigeantes du Mouvement Révolutionnaire des Travailleurs (MRT) et respectivement candidates aux postes de conseillères municipales dans les villes de São Paulo et Contagem (État de Minas Gerais).

Lire la suite sur : Révolution Permanente

Annonces

Suivez Autres Brésils

Newsletter

Inscrivez vous
Entrez votre adresse pour vous abonner à notre lettre d’infos

La dernière newsletter :

>>> Autres Brésils a besoin de vous !

Réseaux sociaux

PNG - 2.2 ko
PNG - 2 ko

Flux RSS

PNG - 1.4 ko

Abonnez-vous au flux RSS