Avec 10 exécutions dans l’Etat du Pará, le Brésil compte 25 morts dans des massacres à la campagne en 40 jours

, par Cauê Seigner Ameni

Source : De olho nos ruralistas De Olho nos Conflitos, Principal, Sem-Terra, Últimas 25/05/2017
Par Cauê Seigner Ameni
Traduction : Lea Fontaine
Relecture : Roger Guilloux

Avec 10 exécutions dans l’Etat du Pará, le Brésil compte 25 morts dans des massacres à la campagne en 40 jours

L’année 2017 commence à entrer dans l’histoire comme l’une des périodes les plus sanglantes pour les paysans depuis la redémocratisation, en 1985. Une succession de trois massacres survenus en moins de 15 jours, pendant la deuxième quinzaine du mois d’avril, a laissé 15 morts. Avec la tuerie du mercredi 24 mai à Pau D’Arco, dans le Pará, on atteint 25 homicides sous forme de massacres en seulement 40 jours.

Neuf hommes et une femme liés à la Liga dos Camponeses Pobres (LCP – Ligue des Paysans Pauvres) ont été tués par la police dans l’exploitation Santa Lúcia de la municipalité de Pau D’Arco, dans le sud-ouest du Pará, au cours d’une action des polices civile et militaire. Parmi ces victimes, d’après la LCP, se trouvait le président de l’Association des Travailleuses et des Travailleurs Ruraux de la municipalité. 14 autres personnes ont été blessées par balles.

Le 1er mai, dans le sud du Pará, à Santa Maria das Barreiras, quatre corps ont été retrouvés carbonisés à l’intérieur d’une camionnette. Deux jours plus tôt, le 29 avril, des habitants proches de la ligne 90 Gleba de Corumbiara, dans l’Etat de Rondônia, avaient retrouvé dans une camionnette, trois corps d’agriculteurs incinérés.

Ces meurtres en série ont eu lieu dix jours après un massacre qui a bouleversé le pays : celui de Colzina, dans le nord-ouest de l’Etat du Mato Grosso. Neuf paysans y furent assassinés le 19 avril. La tuerie fut l’un des thèmes du programme télévisé Profissão Repórter du mercredi 24 mai sur la chaîne Rede Globo, qui avait envoyé une équipe dans la région.

Les Commissions des Droits de l’Homme et du Droit Agraire de l’Ordre des Avocats du Brésil (OAB/PA) ont publié un communiqué déplorant le massacre de Pau D’Arco. « Le problème des conflits ruraux ne date pas d’aujourd’hui, et ne concerne pas non plus exclusivement l’Etat du Pará » affirme ce communiqué.

Selon la Comissão Pastoral da Terra (CPT), l’année 2017 comptabilise déjà 36 morts. Deux des quatre massacres ont eu lieu dans le Pará, ancien leader en termes d’assassinats liés à des conflits politiques en milieu rural. Avec six meurtres, l’État était en troisième position dans le rapport de la CPT concernant les morts de 2016.

Au total, depuis que ces données ont commencé à être collectées, en 1985, le Brésil comptabilisait, à la fin de l’année dernière, 1833 assassinats dans les campagnes. On trouvera plus de détails sur l’historique des meurtres politiques à la campagne dans le reportage suivant : “Democracia já tem quase 2 mil assassinatos políticos no campo“ (La démocratie compte déjà près de deux mille assassinats politiques dans les campagnes).

Annonces

Suivez Autres Brésils

Newsletter

Inscrivez vous
Entrez votre adresse pour vous abonner à notre lettre d’infos

La dernière newsletter :

>>> Autres Brésils a besoin de vous !

Réseaux sociaux

PNG - 2.2 ko
PNG - 2 ko

Flux RSS

PNG - 1.4 ko

Abonnez-vous au flux RSS