Au Brésil, l’Etat de Rio ne répond plus

, par Le Monde

Le Monde économie
Publié le 21 novembre 2016
Par Claire Gatinois

Des manifestants stoppent la voiture de l’ancien gouverneur de Rio, Sergio Cabral, jeudi 16 novembre. RICARDO MORAES / REUTERS

Daniela Correia Dos Santos est restée deux semaines à l’hôpital au lieu d’une. « Le jour de l’opération, les médecins ne pouvaient pas m’opérer. Il n’y avait pas le matériel nécessaire », explique-t-elle, jeudi 17 novembre, à la sortie de l’établissement. Quand elle a commencé à vomir, la jeune mère, qui souffre de calculs à la vésicule biliaire, a fini par être prise en charge. Son amie Edit, venue lui rendre visite, a dû se charger de faire un brin de ménage dans sa chambre. « Tout était sale. Il n’y avait rien. Pas même de papier toilette ! », raconte cette dernière.

Ainsi va le quotidien de l’hôpital Carlos-Chagas à Rio de Janeiro, où tout manque, y compris le sparadrap. Victime directe de la ruine de l’Etat de Rio, l’hôpital assure ne refuser aucun patient. Mais Marcelo da Silva Gomes, coordinateur des services administratifs, reconnaît : « On travaille avec notre cœur. » Comme tous les fonctionnaires, il n’a pas touché son salaire du mois d’octobre et se prépare à recevoir celui de novembre en sept tranches.

« Une honte », souffle le docteur Jorge Darze, président du syndicat des médecins de Rio. « L’Etat n’a pas seulement une responsabilité financière. Il devrait être accusé d’homicide involontaire ! », s’emporte-t-il, évoquant des pénuries de traitement de chimiothérapie dans certains centres autrefois réputés.

« Calamité publique »

Avec un déficit estimé à 17,5 milliards de reais (4,9 milliards d’euros) cette année, l’Etat fluminense est au bord de la faillite. Après plusieurs impayés, l’agence de notation Standard & Poor’s a placé en septembre l’Etat en statut de « défaut sélectif ».

Lire la suite sur : le Monde

Annonces

Suivez Autres Brésils

Newsletter

Inscrivez vous
Entrez votre adresse pour vous abonner à notre lettre d’infos

La dernière newsletter :

>>> Infolettre n°6 - 2017

Réseaux sociaux

PNG - 2.2 ko
PNG - 2 ko

Flux RSS

PNG - 1.4 ko

Abonnez-vous au flux RSS