Au Brésil, amende nourrie pour groupe de BTP pourri

, par Chantal Rayes
Marcelo Odebrecht, héritier et PDG du groupe du même nom, le 1er septembre 2015. Photo Rodolfo Buhrer. Reuters

Le Brésil, république d’Odebrecht. Ou comment le leader brésilien du BTP a instauré un véritable pouvoir parallèle en cooptant les décideurs politiques, à coups d’échanges de bons procédés et de dessous de table. La tentaculaire enquête « Lava Jato » (« lavage express »), désormais internationale, a levé le voile sur ce que la justice américaine qualifie de « plus grande affaire de corruption étrangère de l’histoire ». Un scandale qui ébranle toute l’Amérique latine. Lundi, un juge new-yorkais a condamné Odebrecht à une amende record de 2,6 milliards de dollars, qui reviendra essentiellement au Brésil. Les Etats-Unis et la Suisse, où des banques ont reçu des fonds occultes, auront aussi droit à une partie de la somme.

Voir en ligne : Libération

Annonces

Suivez Autres Brésils

Newsletter

Inscrivez vous
Entrez votre adresse pour vous abonner à notre lettre d’infos

La dernière newsletter :

>>> Projection « Lute como uma menina » - 29/11/17

Réseaux sociaux

Flux RSS

Abonnez-vous au flux RSS